L’ARTISTE, LE NUMÉRIQUE ET LA MUSIQUE
Comment exister dans la jungle d’Internet ?

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mercredi 6 janvier 2016

Article

Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, Bandcamp… Les outils à disposition des artistes pour exister en ligne, trouver son public et constituer sa fanbase sont nombreux. Et il est facile de se perdre dans la jungle des plateformes, des offres de startups, et tomber dans l’obsession de la recherche du like et du follower à tout prix. Au point de perdre de vue l’essentiel : l’artiste est avant tout un créateur, pas un marketeur. À l’occasion de la sortie prochaine d’un nouveau guide pratique sur l’artiste, le numérique et la musique, petit tour d’horizon de ce qu’il faut savoir pour être efficace et ne pas y passer trop de temps.


Il n’y a jamais eu autant de projets artistiques. Un tour sur les réseaux sociaux généralistes et spécialisés suffit à s’en convaincre. Les raisons sont multiples : démocratisation de la pratique musicale, multiplication et professionnalisation des écoles, explosion des cours particuliers, offre pléthorique de tutoriels, vidéos, partitions en ligne, baisse du prix des instruments… Et le numérique y est évidemment pour quelque chose : démocratisation des moyens de production (avec les home studios), multiplication des canaux de communication, et désormais de nombreuses plateformes de financement participatif. Tout est réuni pour que les projets artistiques soient potentiellement autosuffisants. Dans le même temps, le numérique a fortement impacté le marché de la musique enregistrée. Les labels sont exsangues. Leur capacité à absorber la quantité exponentielle de nouveaux projets artistiques se réduit. Eux qui assumaient (et continuent à assumer, mais plus difficilement) la découverte et le développement des nouveaux talents. Les artistes doivent donc arriver avec des projets aboutis, ficelés, avec du contenu pour la communication, et une fanbase déjà constituée… Ils doivent de plus en plus assurer eux-mêmes le travail initial d’amorçage, comme nous le rappelions il y a un an dans le focus dédié aux artistes, à l’accompagnement et à la professionnalisation.

Bref, la mutation est en cours, déjà bien avancée. Mais si tous les outils, renforcés par l’offre grandissante des startups qui fleurissent sur le champ des possibles des réseaux sociaux, sont disponibles, c’est tout un ensemble de connaissances et de compétences que les artistes doivent apprendre et intégrer. Si les plus jeunes, digital natives, sont relativement à l’aise avec Internet, penser une stratégie de communication ne va pas forcément de soi. Le lien désormais désintermédié (ou plutôt réintermédié par les outils numériques) entre l’artiste et ses fans, qui oblige le premier, dès le démarrage, à entrer dans une relation marketing avec les seconds, est désormais une donnée intégrée. Un sujet que nous évoquions déjà en 2011, dans un focus dédié à l’artiste, au fan et au marketing.

Alors comment exister dans la jungle d’Internet ? Et comment ne pas se noyer dans l’illusion de la toute puissance de ces outils, et perdre de vue l’essentiel : la création ? Des questions qui concernent aujourd’hui les artistes en développement, mais aussi les artistes établis, et leur entourage professionnel, quand il y en a un. C’est tout l’objet du nouveau guide pratique écrit par Emily Gonneau, à paraître aux éditions Irma. Un ouvrage dans lequel on trouvera des conseils pour élaborer une stratégie, choisir les bons outils, des fiches pratiques, les pièges à éviter, des interviews et des retours d’expérience. Le tout, sur la communication en ligne, le crowdfunding et la monétisation. En bref, il s’agit de donner des recettes, des trucs, des solutions à l’artiste pour exister, trouver son public et continuer à créer dans un environnement numérique en évolution constante.


Un artiste crée pour créer


Un artiste crée avant toute chose parce que l’envie ou le besoin de créer est plus fort que tout et qu’il est vital pour lui de s’exprimer. Cela peut paraître une évidence, mais la tendance actuelle de l’assimilation de l’artiste à une entreprise, ou pour faire encore plus moderne, à une startup à développer, laisserait penser qu’en plus d’être créateur, l’artiste se doit aussi nécessairement d’être marketeur, commercial et community manager. « Les problématiques de visibilité sont similaires, mais on a trop tendance à vouloir plaquer les schémas de développement de la tech à tout et n’importe quoi, en oubliant l’essentiel : l’artiste ne décide pas de créer pour combler un vide en terme de produit ou de service, ou pour répondre à un besoin de consommateurs. Il ou elle crée parce qu’il leur faut exprimer quelque chose en tant que personne. Le glissement que l’on constate ces dernières années est à mon sens dommageable pour les artistes, qui sont entrés dans une logique de produit. Avec pour conséquence une uniformisation des propositions, et une obsession du chiffre, du nombre de followers ou de likes », résume Emily Gonneau. S’il convient que l’artiste se concentre avant tout sur son activité de création, il faut tout de même s’y coller… Il y a donc quelques éléments préalables à connaître, pour être le plus efficace, et ne pas y passer plus de temps que nécessaire.


Être soi-même, avoir une stratégie et un discours


Avant même de parler outils et réseaux, la première préoccupation des artistes est de savoir se présenter, présenter son projet. C’est donc d’abord une réflexion sur ce que l’on fait, comment et pourquoi on le fait, et à qui l’on souhaite s’adresser. Sans succomber au fantasme de penser qu’il suffit d’investir les outils numériques et d’être visible en ligne pour que tout se déclenche. Pour que cela fonctionne, les trois points importants sont : saisir la singularité de l’artiste, restituer le plus fidèlement son univers, et enfin y faire adhérer un maximum de personnes. Communiquer autour d’un projet artistique, c’est intégrer une réflexion approfondie sur les personnes que l’on cherche à toucher. Il y a mise en œuvre d’un partage avec le public. Cela ne peut se résumer à un discours à sens unique, qui ne serait que du spam. Ce qui donne envie aux gens de soutenir l’artiste, c’est l’originalité et la qualité de son regard sur les choses. L’oublier c’est se perdre et se condamner à l’indifférence. Sans oublier que les réseaux sociaux ne sont que des outils au service du projet artistique, et non l’inverse.

C’est, en substance, ce qu’Emily Gonneau a souhaité compiler dans son livre, forte de son expérience d’accompagnement d’artistes et de conseil en stratégie numérique : « dans ce livre, j’ai mis ce sur quoi j’insiste le plus en formation ou en conseil : il est plus intéressant et plus efficace de raconter sa propre histoire plutôt que de se caler sur une moyenne qui ne représente personne ». Le leitmotiv tiendrait presque du slogan marketing : Do it yourself ? Be yourself ! Et Emily Gonneau de poursuivre : « l’idée est de donner aux artistes une méthode pour savoir comment procéder, par où commencer… C’est comme une check-list : musiciens, influence, parcours, valeurs… Cela permet de faire un diagnostic, un contrôle technique de son projet. On identifie toute la matière, et cela permet, je pense, de prendre conscience de toute la richesse que propose un artiste ».

Pour Gabriel Hallé, fondateur de l’agence Teams, tout l’enjeu est là : il faut trouver un discours, une façon de s’adresser à son public qui soit cohérente avec l’univers de l’artiste. Tout en prenant en compte les évolutions dans les comportements des consommateurs : « il faut créer une fanbase loyale, qui a envie de soutenir l’artiste (…) Ce que veulent les gens aujourd’hui, c’est sentir la proximité avec l’artiste, être dans une relation personnalisée. Cela dépend des artistes évidemment, tous ne doivent pas tutoyer leurs fans comme Lady Gaga. Mais ressentir que l’artiste est impliqué dans sa communication vers sa fanbase, c’est un axe marketing incontournable. Aujourd’hui, même un artiste signé en major va jouer cette carte du lien direct avec les fans. Il n’y a qu’à regarder Drake ou Taylor Swift (…) C’est le type de relation que souhaite le public, quelle que soit la taille de la fanbase, et c’est aussi le meilleur moyen de la faire grandir ».


Quels outils pour quels usages ?


JPEG - 50.9 ko
Charlotte & Magon

Charlotte et Magon, duo franco-israélien de pop psychédélique, fait partie de ces nombreux artistes qui assument eux-mêmes, par choix ou par nécessité, leur communication en ligne, en plus de s’être rencontrés en 2006 via… Myspace. Comme beaucoup, ils utilisent Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, Soundcloud et Bandcamp, ainsi qu’un site Internet et un espace pro en ligne. Et ont établi leur fonctionnement et leur stratégie, après une longue réflexion : « plus qu’une stratégie précise, nous avons une ligne directrice. Cela nous a pris beaucoup de temps de trouver la façon de s’adresser au public via Internet. Nous avons beaucoup réfléchi. Quand le groupe communique, c’est nous deux qui parlons », se souvient Magon. Après avoir construit le discours, ils ont ensuite pris soin de distinguer les réseaux. « On ne s’adresse pas aux gens de la même manière sur Facebook, Twitter ou Instagram. Il faut apprendre et comprendre les codes et les usages propres à chaque outil. Il faut adapter le vocabulaire et le langage », explique ainsi Charlotte. Pour faire simple, leur compte Twitter est plus orienté vers les professionnels, Facebook pour les annonces en direction des fans (dates de concert…), et leur site Internet, volontairement épuré, se concentre sur le dernier EP sorti. Quant à leur newsletter, elle représente un lien plus personnalisé avec les fans (les gens qui la reçoivent ont choisi de s’inscrire, le rapport n’est donc pas le même). « On est moins réservés que sur les réseaux sociaux, on est plus proches des gens. On essaye d’élargir notre propos, de ne pas parler que de nous ou de ce que l’on fait. Par exemple, nous y mettons des playlists de musiques que l’on aime, que l’on essaye de thématiser. Ces playlists sont créées sur notre chaîne YouTube », détaille Magon, qui insiste sur un point fondamental : « ce qu’il faut éviter au maximum, c’est le copié-collé d’un réseau à l’autre. Par exemple, sur Instagram, nous publions des photos exclusives, que l’on ne retrouvera pas ailleurs. Ce sont de belles photos, argentiques. Au début, on utilisait les publications automatiques entre Facebook et Twitter, mais on a vite arrêté, car le public n’est pas le même sur les deux outils ».

Reste une question centrale : comment apprend-on à communiquer, à identifier et utiliser les bons outils ? Un artiste aujourd’hui ne peut faire l’économie d’une connaissance et d’une compréhension de l’environnement professionnel dans lequel il évolue. C’est la même chose pour la communication a fortiori s’il n’y a pas d’entourage professionnel. C’est même un des critères d’appréciation du degré de professionnalisation d’un projet. Il existe pour cela des formations dédiées, qu’il s’agisse d’apprendre à parler de son projet, à construire son discours, ou d’apprendre à utiliser les réseaux sociaux (L’Irma propose par exemple des modules de formation "Musique et Internet", couvrant les différents outils). Et reste aussi la débrouille… « On a appris à être efficaces. Nous nous sommes professionnalisés en nous renseignant, en lisant, en échangeant beaucoup avec d’autres artistes autoproduits, en assistant à des conférences. (…) On a appris sur le tas, en s’autoformant, du coup ce n’est plus aujourd’hui si chronophage », explique Charlotte, qui évalue le temps passé à communiquer en ligne, hors période de promo, à une heure et demie par semaine. Et Magon de compléter : « Internet est pour cela formidable. On trouve plein de tutoriels et de conseils en ligne ».


Metrics et analytics : l’artiste est-il passé dans l’ère de la quantification ?


Dans un monde où l’obsession de la statistique est grandissante, les artistes pourraient être tentés de succomber à la folie des metrics et analytics. De la même manière que la mode du quantified self rend presque étrange de faire du sport sans compter le nombre de kilomètres parcourus ou le nombre de calories brûlées, en fixant des objectifs nécessairement chiffrés pour motiver et remplacer le plaisir de se dépenser, le risque de voir les artistes courir après le moindre like ou le moindre follower est grande. D’autant plus que la plupart des réseaux sociaux fournissent désormais ces éléments aux utilisateurs : Facebook insights, Google analytics… Au point de vouloir devenir des marketeurs à temps plein ? « Globalement, les artistes s’en moquent, à part quelques uns. Ils ne réfléchissent pas en taux de clics, d’ouverture ou de trafic quotidien. Par contre, ils aiment bien avoir une image globale (…) la fascination pour les analytics et les metrics n’a pas encore trop gagné les artistes. Ce sont des outils qui s’adressent aux marketeurs, pas aux créateurs. Si un artiste se met à créer du contenu en fonction des datas qu’il récupère ou espère récupérer, c’est toute la magie de la création qui va se perdre. Les datas, elles me servent à positionner et mener une campagne pub sur Facebook, ou à connaître l’étendue et la nature d’une fanbase, mais elles ne doivent pas déterminer ce que l’artiste produit », tempère Gabriel Hallé.

Cette désacralisation des outils et la relativisation de l’importance des statistiques, c’est un des objectifs avoué du livre d’Emily Gonneau : « la plupart des artistes regardent les statistiques Facebook comme une sorte de livre sacré et passent leur temps à tenter d’en devenir des spécialistes, au point d’occuper leur esprit dans quelque chose, d’important certes, mais qui n’est pas la raison première de pourquoi ils créent ».


Un marché de prestation en direction des artistes


Pour aider les artistes autoproduits, et même les labels à définir une stratégie et communiquer efficacement, de nombreuses agences spécialisées se sont créées ces dernières années. Et la demande est grandissante. Emily Gonneau, chez Nüagency, accompagne des artistes autoproduits en développement. « Nous les aidons à franchir la première marche, pour qu’ils puissent ensuite démarcher (…) Ils ont souvent déjà enregistré quelque chose, ont même parfois déjà mené une campagne de crowdfunding, et atteint un petit rythme de croisière. On nous demande de plus en plus d’aide sur les campagnes de financement participatif. Ils ont en général fait un travail de défrichage, ont compris comment les choses fonctionnent globalement, connaissent les plus grosses plateformes… Mais il leur manque des éléments clés de stratégie : quel discours adopter, comment construire un message, comment établir un planning, quelles sont les étapes… », détaille-t-elle. Le conseil peut se faire sur des demandes précises (changement de nom…), ou sur de l’élaboration de stratégie. Avec pour objectif, quel que soit le niveau de développement, de rendre le plus rapidement possible les artistes autonomes sur leur communication.

Les besoins ne se limitent pas aux autoproduits et aux projets en développement. De plus en plus de labels ou d’artistes établis ayant repris, ou non, leur indépendance, se tournent vers les agences spécialisées, qui proposent un panel de services variés. Teams travaille pour des artistes comme Piers Faccini, Chilly Gonzales, Sean Kuti, Axel Bauer et leur entourage professionnel, ou des labels comme No Format. « Le direct to fan implique d’être dans une relation d’échange continu avec sa fanbase. Pour cela, il faut partager du contenu. Nous assurons à ce contenu la meilleure diffusion possible, et à partir de cette diffusion, nous enrichissons la définition et la compréhension des communautés de fans, pour adapter la stratégie », explique Gabriel Hallé, son fondateur. Parmi les nombreuses autres agences, on peut citer Minuit Douze, Ma ComAgency, Pumpkins ou encore Chakalaka

Ces dernières années, de nombreuses startups positionnées sur la communication, le marketing et les réseaux sociaux, sont venues étoffer l’offre d’outils et de services. Il existe aujourd’hui de nombreuses applis smartphones et web : Band.fm et ses outils de promotion et de monétisation exportables (sites et réseaux sociaux artistes to fans : e-boutiques, players, téléchargement, etc), Soundbirth et son appli mobile personnalisée pour les artistes (Ulster, Chinese Man, Massilia Sound System, Dagoba, etc.), ou encore Louise, appli d’écoute et de partage de musique en temps réel et géolocalisés, et Fantouch, appli mobile personnalisée pour la promo et la monétisation artist to fans (Youssoupha, Oxmo Puccino), qui fera l’objet du prochain Starting blocks de l’Irma. Des plateformes aussi se sont créées, comme BandSquare, et ses services de promo direct to fans, billetterie participative (préachat) et opérations spéciales (Youssoupha, Ez3kiel, Opé Smith, etc.), que nous avions rencontrée il y a un an pour le premier numéro de Starting blocks. On peut également citer The Hiver, plateforme sociale pour la découverte et promotion de titres et artistes (fondé sur le single), back office pour l’analyse des données utilisateurs et statistiques de la musique en ligne, ou Findspire, plateforme de découverte / diffusion de contenus artistiques (musique, photo, vidéo, mode, culture alternative). Bref, les possibilités sont nombreuses. Il faut donc prendre le temps de découvrir, comparer et tester.

S’il est plus que jamais nécessaire de peaufiner sa communication et sa relation aux fans, pour exister dans la jungle d’Internet, il faut en amont penser une stratégie cohérente avec la personnalité et l’univers de l’artiste considéré. Et il n’y a pas de méthode infaillible, ni de garantie de réussite proportionnelle au budget que l’on y consacre. Il faut bien s’y préparer, et l’ouvrage à paraître aux éditions Irma donnera des clés et permettra à tout un chacun de se poser les bonnes questions. Et de donner aux outils et aux réseaux sociaux leur juste place, celle de moyens et non de finalité. Sans perdre de vue l’essentiel, comme le rappelle Emily Gonneau : « la spécificité d’un projet artistique, c’est de fonctionner à l’inverse d’un produit ou d’un service : tout démarre et procède de l’artiste. S’il ne devait rester qu’une seule chose de ce livre ce serait d’amener les gens à basculer d’une logique qui voudrait que tout le monde devienne fan d’un produit à la volonté de faire adhérer à une démarche. Si l’on adhère à une démarche, le rapport à l’artiste change. Si l’on peut ne pas aimer le résultat de tel album ou tel concert, cela ne remet rien en cause et ne rompt pas le dialogue. L’artiste cesse d’être perçu comme un produit et redevient une personne. Et pour cela, il n’y a pas une solution. LA solution, duplicable, transposable, c’est une mauvaise habitude héritée de l’ère du disque tout puissant. Il y avait alors un système médiatique plus simple et verrouillé. Si l’on entrait dedans, on augmentait sensiblement les chances de réussite. Aujourd’hui, il est beaucoup plus facile d’y accéder, mais beaucoup plus compliqué d’émerger significativement et durablement ».


Dossier réalisé par Romain BIGAY

Voir aussi

Focus du mois