Featured Artists’ Coalition : pour mieux défendre les intérêts des interprètes

Publié le mercredi 18 mars 2009

Structuration

Le 11 mars à Londres, des artistes ont parlé d’une même voix pour défendre une meilleure régulation et des pratiques équitables et transparentes en termes de business dans la musique.

Dirigée par un bureau où figurent des personnalités telles que David Rowntree (Blur), Jazzie B (Soul II Sou), Billy Bragg, Ed O’Brien (Radiohead), Kate Nash, Mark Kelly (Marillion), cette coalition se veut menée par des artistes interprètes pour des artistes interprètes qui souhaitent avoir plus de contrôle de leur musique et une part plus juste des profits générés à l’ère du numérique.

L’enjeu : la protection des droits des musiciens et des interprètes. La FAC affirme qu’elle se battra pour s’assurer que les intérêts des artistes et des fans - sans lesquels l’industrie de la musique n’existerait pas- ne sont pas "compromis" par "négociations de dessous de table" entre des multinationales.

Pour la première fois, les artistes s’expriment d’une seule voix pour des lois et une régulation justes, et pour des pratiques transparentes et équitables.

La Featured Artists’ Coalition s’appuie sur une charte du fair play à l’age du numérique :

"Nous croyons que tous les artistes musiciens devraient contrôler leur destinée parce qu’au final c’est leur art et leurs efforts qui créent le plaisir et l’émotion que tant de monde apprécie.

Ce qui signifie que :
- les artistes devraient détenir la propriété finale de leur musique
- tous les contrats devraient être négociés de façon juste et leur comptabilité transparente.
- les ayants droits devraient avoir un devoir fiduciaire à l’attention des créateurs de ces droits et devraient toujours leur expliquer comment n’importe quel contrat peut affecter la façon dont leur travail est exploité.

Ceci sera accompli en :
- changeant l’approche des artistes au niveau des contrats
- changeant la façon dont les compagnies de musique enregistrée et de nouvelles technologies traitent les droits et revenus des artistes
- adaptant les lois au nouveau paysage musical

Aussi nous ferons campagne pour les lois, règlements, pratiques professionnelles et les politiques qui protègeront les droits des artistes.

Nous nous dresserons pour tous les artistes contre le gouvernement, les compagnies de musique enregistrée et de nouvelles technologies et les sociétés de perception de droits. Nous réclamerons un traitement équitable et dénoncerons les pratiques injustes."

Cette coalition souhaite créer un nouveau marché/deal, basé sur l’équité, avec les fans, l’industrie de la musique et le gouvernement.

S’exprimant sur le sujet, David Rowntree a déclaré : "la révolution numérique a balayé le marché de la musique des années 60, et a changé pour toujours les relations entre les artistes et les fans. Pour les structures qui ont passé leur existence assise entre les deux, les temps sont vraiment durs, mais pour ceux qui créent la musique et pour les fans de musique, c’est une fantastique opportunité. […] Il n’y a jamais eu un plus grand besoin d’une "parole collective" des artistes dont la musique génère 95% des revenus de l’industrie. Alors que la révolution prend de la vitesse, les artistes interprètes doivent s’emparer de l’initiative. Nous cherchons à forger une nouvelle donne, fondée sur l’équité, avec nos fans, l’industrie de la musique et le gouvernement […]"

Pour télécharger la charte et le manifeste


Les artistes qui ont déjà signé :
Billy Bragg, Boilerhouse Boys, Chrissie Hynde, Craig David, David Gilmour, Gang of Four, Iron Maiden, Jazzie B, Jools Holland, Kaiser Chiefs, Kate Nash, Klaxons, Radiohead, Richard Ashcroft, Robbie Williams, Sia Furler, Soul II Soul, Stephen Duffy, The Cribs, The Verve, Travis, Wet Wet Wet, White Lies


Pour aller plus loin
On lira le dossier "Internet, fossoyeur du droit d’auteur ?" sur www.societesdelinformation.net/, c’est gratuit mais il faut s’abonner.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU