IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > FNCC : CNM, structuration et collectivités territoriales

Voir aussi...

Publié le mardi 30 octobre 2012

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Politique culturelle

FNCC : CNM, structuration et collectivités territoriales

Dans un communiqué, la FNCC (Fédération nationale des collectivités territoriales pour la Culture), en écho au souhait de la ministre de la Culture d’inclure systématiquement les collectivités territoriales dans les discussions et les projets, rappelle que celles-ci sont des acteurs importants dans la promotion de la diversité de la création musicale.

COMMUNIQUE DE PRESSE :


L’idée du CNM : structuration du secteur musical et collectivités territoriales

Le projet de Centre national de la musique sous forme d’un établissement public nouveau a été suspendu par la ministre de la Culture, son financement n’apparaissant pas assuré. Pour autant, l’idée poursuit son chemin, celle de mutualiser une part des recettes de la musique (billetterie et vente audio : disques et fichiers numériques) et d’abonder le secteur de ressources extrabudgétaires via une fiscalité spécifique dont le principe ainsi que son ‘‘euro-compatibilité” restent à déterminer.

La Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture avait déjà émis des interrogations sur la pertinence de créer un dispositif unique pour un secteur marqué par une très grande disparité des modes de fonctionnement économique, avec des acteurs (producteurs, musiciens, labels) à forte viabilité économique, des initiatives associatives et des structures subventionnées.

Les collectivités territoriales – particulièrement les villes, mais également les départements et les régions – ont toujours été contributrices, souvent de manière importante, à la création musicale dite ‘‘savante”. Plus récemment, elles se sont engagées significativement en faveur des musiques actuelles (musiques traditionnelles et ‘‘du monde” comprises) aussi bien dans les territoires de forte densité de population qu’en milieu rural.

Par un travail dans la durée, ce sont en grande partie elles qui, avec l’Etat, ont permis l’existence d’une importante diversité d’expressions musicales en marge des impératifs du succès commercial immédiat. Ce qui leur confère aussi une responsabilité particulière vis-à-vis de leurs acteurs.

On notera aussi que, par le soutien aux scènes de musiques actuelles, par la mise à disposition de locaux de répétition, par un travail d’accompagnement à la professionnalisation, les collectivités ont permis l’émergence de bon nombre de musiciens dont le talent a été par la suite mis à profit – et c’est au bénéfice de tous – par des producteurs, des tourneurs et des labels discographiques à forte assise économique. Et cela sans que leur investissement initial ne fasse l’objet d’une quelconque rétribution.

A raison, plusieurs syndicats ou associations de musiciens s’étaient étonnés de l’absence des collectivités dans le projet originaire du Centre national de la musique et quelques voix naissent aujourd’hui pour signaler la pertinence qu’il y aurait à inclure les collectivités dans les réflexions en cours.

Pour sa part, la FNCC considère comme l’un des enjeux centraux d’une structuration du secteur musical la faculté de rassembler une disparité de modèles économiques allant de l’entreprise de taille internationale jusqu’à l’initiative en autoproduction et autodiffusion en passant par des modèles d’économie sociale et solidaire ou subventionnés…

Sans préjuger des directions que prendront les concertations autour de l’avenir de la filière musicale, la FNCC dit son entière disposition à y participer. il serait en effet utile que les collectivités territoriales, qui sont des acteurs importants dans la promotion de la diversité de la création musicale, soient associées à la réflexion générale, au bénéfice de la vitalité des arts et de la culture dans notre pays.

la FNCC Le 30 octobre 2012

PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

UN NOUVEAU PLAN POUR LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

De l’urgence à la mutation - Alors que la crise perdure, la DGMIC vient de lancer un nouveau Plan en direction des petites entreprises du secteur de la musique enregistrée. Impulsé par l’urgence du sauvetage, ce dispositif s’insère dans un processus d’intervention qui s’oriente désormais vers le soutien à la mutation.

Aves des interviews de Laurence FRANCESCHINI (DGMIC), Pierre DARMON (Bonsaï music), Arthur DAGARD (Evergig), Eric JIROUX (Victorie music), Patrick FABRE (Mirozoo Lab), Benoît TREGOUET (Les Disques Entreprise) et Julien HOH (Deaf rock records)

>> Lire la suite

Chroniques radio

Artistes musiciens, porteurs de projet, vous souhaitez vous lancer dans le secteur musical ? Tout ce qu’il faut savoir, des conseils pratiques, les erreurs à éviter : ces chroniques sont pour vous !
Écouter les chroniques de l’Irma sur Widoobiz

Suivez l’Irma en continu !

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0