Études spectacle vivant et territoires en Pays de la Loire.

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le vendredi 25 novembre 2016

Spectacle vivant

Le Pôle, pôle de coopération en Pays de la Loire, a publié trois études sur la situation du spectacle vivant sur son territoire : économie, publics et entrepreneuriat.

Le Pôle a mis en ligne 3 études concernant la situation du spectacle vivant sur le territoire Pays de la Loire. Elles concernent les festivals, l’économie, le public et l’entrepreneuriat.

Entrepreneurs de spectacle des Pays de la Loire : données et analyses.

Débutée en 2015, cette étude porte sur les données 2014 des entrepreneurs de spectacle ligériens. Elle apporte un complément suite à l’étude menée en 2012 selon la même méthodologie, l’Observation Participative et Partagée (OPP).
320 structures y ont répondu permettant de faire apparaître de nouvelles données concernant les modalités d’action, les démarches de développement durable et de responsabilité sociétale, ou l’action culturelle. Cette nouvelle étude témoigne également dynamisme des filières du spectacle vivant, de leur capacité d’adaptation à un environnement complexe, du potentiel de coopération à l’échelle des territoires.

>> Consulter l’enquête


Les festivals musiques actuelles en Pays de la Loire : Publics et économie.

Cette étude a été menée sur 9 festivals adhérents du Pôle (sur les 89 festivals de la région) sur leur activité 2015/2016. Presque 23 000 festivaliers ont participé à cette enquête et ont permis de dresser un portrait type du festivalier en Pays de la Loire.
L’âge moyen est de 31 ans mais la moitié des festivaliers est âgée de moins de 28 ans et est à 57% féminin (pour les festivals de musiques généralistes) et dépensent 94€/jour. Plus de la moitié d public est originaire de la région (dont 44% directement du département). Pour les festivals proposant des événements uniques en France (ex : Hellfest), les chiffres ne sont plus les mêmes puisque 68% du public est originaire d’autres régions. Le taux de renouvellement est assez élevé (41%). Les festivals dépensent en moyenne 46% de leur budget dans leur région : la logique de circuit-court est importante mais peut encore s’améliorer en parallèle de l’implantation des prestataires. Les recettes dépendent à 35% de la billetterie pour 39% de financement public mais les ventes sur site permettent d’atteindre des recettes propres de l’ordre de 52% (hors Hellfest).
On chiffre l’impact économique des 9 festivals à plus de 6md€ sur leur territoire.

Cette étude a été co-financée par les 9 festivals et sert de support à un travail collectif autour des notions de développement durable et de responsabilité sociétale.

>> Consulter l’étude