Emmanuel de Buretel nouveau président de la SPPF

Publié le mercredi 8 juillet 2015

Mouvement

Le conseil d’administration de la Société civile des producteurs phonographiques indépendants français (SPPF), réuni le 7 juillet, a élu à l’unanimité Emmanuel de Buretel comme président, suite au choix de Marc Thonon de se retirer.

Emmanuel de Buretel est, depuis hier, le nouveau président pour la SPPF. Il a été élu à l’unanimité par le conseil d’administration. Cette élection fait suite à la décision de Marc Thonon, qui assumait jusqu’alors cette fonction depuis 5 ans, de se retirer.

Agé de 56ans, Emmanuel de Buretel est président de Because music. Ingénieur de formation et diplômé du MIT (Massachusetts Institute of Technology), il a commencé sa carrière à 26 ans quand Richard Branson le choisit pour diriger Virgin Publishing France. En 1991 il crée Delabel et signe toute une génération d’artistes de musique urbaine (IAM, Alliance Ethnik, Rohff) mais aussi -M- et Keziah Jones. A partir de 1992, il prend la direction de Virgin France et construit plusieurs labels fonctionnant comme des entités indépendantes (Source, Labels) tout en développant les carrières d’Alain Souchon, Benjamin Biolay, Doc Gyneco, Jean-Louis Aubert, Diam’s, Etienne Daho…

Président de Virgin Europe puis d’EMI Continental Europe à Londres de 2000 à 2004, il permet à des artistes comme Manu Chao, Air, Daft Punk, Cassius, M83 ou David Guetta d’accéder à un succès international.

En 2004 il fonde le Groupe Because, structure indépendante active dès sa création dans tous les domaines de la musique (label, éditions, tournées, management, salles de concert) afin de suivre au plus près tous les aspects du développement de carrière de ses artistes. Dans cette perspective, Emmanuel de Buretel fonde le label Because Music qui opère entre Paris et Londres. Ce label est à l’origine de la découverte et du développement de nombreux artistes : Manu Chao, Justice, Major Lazer, Charlotte Gainsbourg, Christine and The Queens, Camille, Selah Sue, Metronomy, Catherine Ringer, Amadou & Mariam…

Le nouveau président, tout en saluant le travail accompli et le sens de l’intérêt général de son prédécesseur (Qui, entre autres, avait participé à l’élaboration du rapport Diversité musicale à l’ère numérique, préfigurant les réflexions pour la construction d’un Centre national de la musique, avec Didier Sellès, Franck Riester, Daniel Colling et Alain Chamfort), a déclaré à l’issue de son élection : « le secteur indépendant va vivre des années extrêmement importantes et va pouvoir se développer beaucoup plus rapidement avec l’avènement du digital. Il est important de rendre cet outil commun de perception solide et pérenne et en état d’affronter le nouveau monde digital qui s’ouvre enfin à nous. »