IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > Des festivals 2012 bien fréquentés

Voir aussi...

Publié le vendredi 7 septembre 2012

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Festival

Des festivals 2012 bien fréquentés

Comme chaque année, la fin de l’été sonne l’heure des bilans pour les festivals. Le cru 2012, en dépit de quelques ratés, confirme les festivals musicaux comme des rendez-vous auxquels le public répond présent. Petit tour d’horizon, non exhaustif.

Comme chaque année, au milieu de l’été, ils sont nombreux, premiers chiffres à l’appui, à diagnostiquer une sinistrose généralisée pour les festivals, assurant une inévitable baisse de la fréquentation. Puis, août à peine éteint, les chiffres tombent, et sont souvent, sinon bons, du moins bien plus contrastés que ce que prédisaient les mauvais augures juillettistes.

2012 n’échappe pas à ce constat, avec une saison qui a vu plusieurs festivals battre des records ou annoncer des chiffres à la hausse (le Hellfest, Garorock, Reggae Sun Ska, Big festival, Aluna, Rock en Seine, Cabaret vert…). D’autres n’ont pas eu cette chance, avec des baisses significatives, engendrée par une météo capricieuse (La Route du Rock, Jazz à Vienne), ou des aléas de programmation (Main Square, Sonisphère, Jazz à Juan…). Quant à savoir l’impact réel de la crise économique sur le remplissage des rendez-vous musicaux estivaux, les données et éléments tangibles d’analyse manquent. Avec un ticket moyen à 40 euros (et jusqu’à 66 euros/par jour selon télérama.fr), les sésames pour les marathons de concerts restent certes élevés, mais le public est au rendez-vous. Quant aux champions de la multirécidive, ils se nomment Shaka Ponk, Orelsan et Dionysos, avec respectivement 13, 12 et 11 inscriptions de leurs noms aux programmes des festivals.

Des atouts économiques pour les territoires

Fin août, dans un communiqué, la ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filipetti, se réjouissait de "la vitalité des festivals d’été français et de leur impact économique sur les territoires". Rappelant que les dernières études économiques évaluent entre 4 à 8 pour 1 € investi par la collectivité l’impact de ces événements, elle salue "les retombées économiques réelles : création d’emplois, consommation induite dans l’hôtellerie et sa restauration, rentabilité des infrastructures locales, retombées publicitaires." Pour mémoire, la base de données de l’Irma recense 1457 festivals de musiques actuelles tout au long de l’année. En attendant la Techno Parade, la fête de l’Humanité ou encore Elektricity, voici les chiffres des principaux festivals estivaux :


Fréquentation des festivals 2012


- Astropolis (Brest) : 35 000 spectateurs (35 500 en 2011, -1,4%)

- Le Cabaret vert (Charleville Mézières) : 73 000 spectateurs (+40% par rapport à 2011)

- Garorock (Marmande) : 50 000 spectateurs (35 000 en 2011, +42,86%)

- Le Jardin du Michel (Nancy) : 23 000 spectateurs (22 000 en 2011, +4,5%)

- Art Rock (Saint Brieuc) : 64 200 spectateurs (64 380 en 2011, -0,28%)

- Le Rock dans tous ses états (Évreux) : 23 000 spectateurs (21 000 en 2011)

- Calvi on the rocks (Calvi) : 15 000 spectateurs (13 500 en 2011, + 11,11%)

- Hellfest (Clisson) : 112 000 spectateurs (80 000 en 2011, +40%)

- Main Square (Arras) : 75 000 spectateurs (100 000 en 2011, -25%)

- Les Eurockéennes (Belfort) : 100 000 spectateurs (93 000 en 2011, +7,53%)

- Les Vieilles Charrues (Carhaix) : 244 000 (268 000 en 2011, -8,96%)

- Reggae Sun Ska (Saint-Sauveur Médoc) : 80 000 spectateurs (50 000 en 2011, +60%)

- La Route du Rock (St-Malo) : 14 500 spectateurs (20 000 en 2011 , -27,50)

- Festival Interceltique (Lorient) : 84 000 billets vendus (111 000 en 2011, -24,32) pour 650 000 spectateurs.

- Les Déferlantes (Argelès) : 42 000 spectateurs (38 000 en 2011, +10,53)

- Musilac (Aix-Les-Bains) : 75 000 spectateurs (82 000 en 2011, -8,54)

- Les Voix du Gaou (Six-Four-Les-Plages) : 35 000 spectateurs (38 000 en 2011, -7,89)

- Beauregard (Hérouville Saint Clair) : 57 000 spectateurs (50 000 en 2011, +14,00)

- Les Nuits Secrètes (Aulnoye-Aymeries) : 48 600 spectateurs (47 000 en 2011, +3,4)

- Sonisphère (Amnéville) : 14 000 spectateurs (75 000 en 2011, -81,33%, mais avec Metallica en tête d’affiche)

- Blues Cognac (Cognac) : 27 000 spectateurs (25 400 en 2011, +6,30%)

- Terres du son (Monts ) : 28 500 spectateurs (27 000 en 2011, +5,56%)

- Lives au Pont (Pont du Gard) : 23 000 spectateurs (20 000 en 2011, +15,00%)

- Solidays (Paris) : 161 000 spectateurs (155 000 en 2011, +3,87%)

- Big festival (Biarritz) : 17 000 spectateurs (14 000 spectateurs en 2011, +21,43%)

- Les Escales (Saint Nazaire) : 27 000 spectateurs (38 000 en 2011, -28,95%)

- Les Francofolies (La Rochelle) : 85 000 spectateurs (86 000 en 2011, -1,16%)

- Garance Reggae (Bagnols sur Cèze) : 50 000 spectateurs (48 000 en 2011, +4,17%)

- Musicalarue (Luxey, Suisse) : 45 000 spectateurs (36 000 en 2011, + 25%)

- Rock en Seine (Saint Cloud) : 110 000 spectateurs(108 000 en 2011, +1,85%)

- Les Suds (Arles) : 56 000 spectateurs (60 000 en 2011, -6,67%)

- Aluna festival (Ruoms) : 40 000 spectateurs (25 000 en 2011, +60%)

- Festival du bout du monde (Crozon) : 42 000 spectateurs (42 000 en 2011)

- Montreux Jazz Festival (Montreux, Suisse) : 240 000 visiteurs

- Paléo Festival (Nyon, Suisse) : 230 000 spectateurs

- Jazz in Marciac : 220 000 spectateurs

- Les Nuits de Fourvière (Lyon) : 166 000 spectateurs (133 000 en 2011, + 25 %)

- Festival Radio France (Montpellier) : 123 070 (+22% par rapport à 2011)

- Jazz à Vienne : 85 000 spectateurs (95 000 en 2011)

- Paris Quartier d’Eté : plus de 50 000 spectateurs. Les manifestations gratuites représentaient 40% de la programmation.

- Nice Jazz Festival : 35 000 (+13% par rapport à 2011)

- Jazz à Juan : 28 000 spectateurs (30 000 en 2011)


Sources : Télérama.fr, GLConnection, sites et communiqués des festivals


PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

UN NOUVEAU PLAN POUR LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

De l’urgence à la mutation - Alors que la crise perdure, la DGMIC vient de lancer un nouveau Plan en direction des petites entreprises du secteur de la musique enregistrée. Impulsé par l’urgence du sauvetage, ce dispositif s’insère dans un processus d’intervention qui s’oriente désormais vers le soutien à la mutation.

Aves des interviews de Laurence FRANCESCHINI (DGMIC), Pierre DARMON (Bonsaï music), Arthur DAGARD (Evergig), Eric JIROUX (Victorie music), Patrick FABRE (Mirozoo Lab), Benoît TREGOUET (Les Disques Entreprise) et Julien HOH (Deaf rock records)

>> Lire la suite


Chroniques radio

Artistes musiciens, porteurs de projet, vous souhaitez vous lancer dans le secteur musical ? Tout ce qu’il faut savoir, des conseils pratiques, les erreurs à éviter : ces chroniques sont pour vous !
Écouter les chroniques de l’Irma sur Widoobiz

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0