De l’intérêt général à l’utilité sociale ?

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le vendredi 3 décembre 2004

Journée d’étude le 11 janvier 2005 à l’EHESS

Voir en ligne : Le site de la journée d’études

Cette journée organisée par l’EHESS et le LASMAS, l’université de Paris I et de Nancy II est centrée sur les notions d’Intérêt général et d’utilité sociale et plus particulièrement sur l’insertion de ces principes dans le cadre associatif.
- N’est on pas en train d’assister à un glissement de compétences de l’Etat vers le tissu associatif (avant le secteur marchand)• ?
- Doit-on alors parler d’une "disparition" de l’intérêt général au profit de la seule utilité sociale• ?
- Quels sont les nouveaux instruments juridiques de contractualisation entre pouvoirs publics et associations• ?…

"Peut-on alors encore parler d’"intérêt général" ? N’assiste-t-on pas à un basculement vers une notion, plus large d’"utilité sociale", notion qui par ailleurs entretient une filiation juridique avec le concept d’intérêt général• ? Peut-on voir dans cette notion l’émergence d’un nouvel espace transcendant l’opposition traditionnelle, mais de moins en moins claire, entre public et privé• ?"

La journée sera découpée en 4 ateliers
- Expertise associative et co-construction des politiques publiques : discussions notamment sur les biotechnologies agricoles, les associations d’environnement…
- Modes de régulation publique de l’action associative : discussions notamment sur l’économie solidaire, l’évaluation de la production associative par les pouvoirs publics…
- L’utilité sociale à l’échelle du territoire : discussions notamment sur le bénévolat, mécénat d’entreprise, réseaux associatifs…
- Transformation des formes de l’engagement associatif : discussion sur le commerce équitable, la société bénévole…

Les inscriptions sont téléchargeables en ligne et doivent être renvoyées avant le 10 décembre à l’adresse suivante : utilitesociale2005@yahoo.fr ou peyrin@ehess.fr

l’EHESS est située 105 boulevard Raspail dans le 7ème art