DU CAF’ CONC’ AUX CAFÉS-CULTURES
Quelles perspectives pour les cafés-concerts ?

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le lundi 3 novembre 2008

Article

Lieux de vie essentiels à l’émergence artistique, les cafés-concerts éprouvent aujourd’hui de plus en plus de difficultés à exercer leurs activités. Sous l’effet d’un arsenal juridique contraignant (nuisances sonores, pratiques en amateur, horaires de fermeture…), nombreux sont les caf’ conc’ qui ont arrêté la programmation musicale ou fermé boutique. Ceux qui persistent, pour partie fédérés au sein du collectif Culture Bar-Bars, tirent depuis plusieurs années une sonnette d’alarme qui semble trouver écho depuis peu.
En janvier dernier, les premières Rencontres nationales des cafés-cultures ont ainsi constitué un moment important pour faire avancer les discussions et les échanges. À la suite de ces rencontres, des négociations ont débuté, au plan national comme dans certaines régions, entre partenaires sociaux et pouvoirs publics autour d’une réglementation adaptée aux "cafés-cultures" et à leurs activités.

"Il y a dix ans de ça, un musicien pouvait faire une cinquantaine de dates sur la côte bretonne pendant l’été. Maintenant, s’il donne trois concerts il peut s’estimer heureux." [1] Les témoignages évoquant la fermeture des bars musicaux sont nombreux, que ce soit en Bretagne, sur les pentes de la Croix Rousse à Lyon, à la Butte aux Cailles à Paris ou dans bien d’autres endroits. Au-delà des impressions souvent partagées, peu de chiffres officiels existent sur la situation des cafés-concerts. Certains servent d’indicateurs :

- près de 30 000 cafés généralistes ont fermé en une génération [2] ;
- de 1998 à 2002, on a constaté 30% de diffusion en moins, "surtout dans les cafés-concerts" [3] ;
- depuis 10 ans, 31 % des lieux de diffusion ont réduit les horaires et/ou supprimé certains styles de leur programmation [4].

Une situation qui se débloque (?)
Pour agir face à "cette chute impressionnante du nombre de petits lieux de diffusion en France" [5] et "retrouver le dynamisme des cafés des années 80 à 95" [6], des responsables de petits lieux musicaux (cafés, restaurants) se sont réuni dès 1999 au sein du collectif Culture Bar-Bars. Le collectif s’est ensuite constitué en association en 2004 et s’est agrandit au point de représenter aujourd’hui une fédération nationale de 120 adhérents présents dans sept régions françaises (voir les membres dans la colonne de droite).
Fort de son envergure nationale, Culture Bar-Bars a organisé avec le Pôle (de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire) les premières Rencontres nationales des cafés-cultures à Nantes en janvier 2008 lors des BIS ; les "cafés-cultures" étant des lieux de petites jauges (moins de 200 places), liés à la convention collective de l’hôtellerie/restauration et qui proposent une programmation artistique (pas uniquement musicale).

La tenue des ces Rencontres nationales, qui ont réuni 700 participants sur deux jours, a permis de faire avancer certains points :
- en reconnaissant les cafés-concerts comme de possibles lieux de pratiques en amateur et les exploitants comme des employeurs potentiels, le Snam-CGT (syndicat national des artistes musiciens), dont la relation avec les cafetiers était jusqu’alors conflictuelle (se fondant sur les notions de travail dissimulé), a ouvert les portes de la négociation ;
- certaines collectivités ont profité de la dynamique des Rencontres pour poursuivre (Région Pays de la Loire) ou lancer (Ville de Nantes, Région Aquitaine) des concertations portant sur l’expérimentation de dispositifs d’aides à l’aménagement acoustique ou à l’emploi culturel ;
- les brasseurs sont intéressés pour financer une fondation à destination des cafés-cultures ;
- la DMDTS a lancé une plateforme nationale de négociation qui réunit des représentants de cafetiers (UMIH, Culture Bar-Bars), des artistes (Snam-CGT), des collectivités (Pays de la Loire, Aquitaine), des centres de ressources régionaux (Pôle, Rama) et les services du ministère de la Culture auxquels se sont récemment ajoutés ceux du cabinet du ministère de l’Intérieur. Réunie pour la première fois au mois de juin, la plateforme devrait finir son premier cycle de travail et annoncer des mesures en plénière au début de l’année 2009 ;
- le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée, s’est positionné pour porter un projet de loi sur les cafés-concerts et a débuté des auditions parlementaires à cet effet.

En synthèse, les Rencontres nationales ont permis de débloquer une situation qui pourrait aboutir dans quelques mois à apaiser la "crise" que traverse les caf’ conc’ depuis plus de 10 ans. Car si les caf’ conc’ ont été "le berceau du mouvement artistique alternatif français" [7] durant les années 80, leur situation est bien moins réjouissante aujourd’hui. Les raisons sont multiples. Certaines dépassent de loin le contexte des bars musicaux : la raréfaction des commerces de proximité, une tendance sociale à l’aseptisation (moins de bruit, moins d’alcool), l’interdiction de fumer dans les lieux publics, la baisse du pouvoir d’achat, etc.
Les autres raisons, plus directement liées à leur statut de lieu de diffusion recevant du public, renvoient à des domaines qui font l’objet des négociations engagées au sein de la plateforme nationale et des concertations territoriales.

L’emploi des artistes
Les Rencontres nationales ont été l’occasion de rappeler que les cafés-cultures jouent un rôle important pour l’émergence et la diffusion artistiques. D’un côté, ce sont des lieux "starter" pour les musiciens et groupes amateurs et des espaces promotionnels pour les projets en développement. Pour les "artistes professionnels" (qui tirent principalement leurs revenus de cette activité), les caf’ conc’ sont également des lieux permettant de tourner et de rôder leurs spectacles. Mais les cafés-concerts ne sont pas considérés comme des lieux homologués pour la diffusion des pratiques en amateur et leur économie ne leur permet pas toujours de rémunérer les artistes aux tarifs conventionnels et les charges sociales afférentes. Les syndicats d’artistes ont ainsi souvent entamé des procédures contre les cafetiers pour cause de travail artistique dissimulé, ce qui a contribué à la fermeture ou à l’arrêt des programmations de certains lieux (plus d’infos sur le poids du travail dissimulé et sur les sanctions encourues). La récente prise de position du Snam-CGT, prêt à discuter du rôle de ces lieux auprès des amateurs et encourageant à la mise en place d’aide à l’emploi artistique, permet d’envisager une situation plus sereine pour les cafés en matière de diffusion. Une des thématiques abordées par la plateforme nationale de négociation concerne ainsi spécifiquement la programmation et la diffusion des artistes, amateurs ou professionnels, dans les cafés-cultures.

Concernant la programmation des amateurs, l’édito du site de Culture Bar-Bars résume ainsi les problèmes rencontrés par les artistes et les bars : "Aujourd’hui, un jeune groupe qui veut jouer légalement en dehors de sa cave n’a que deux possibilités : soit il passe professionnel (musiciens intermittents, aide financière ou logistique d’une collectivité territoriale, rattachement à un label ou un tourneur…), soit il reste amateur et renonce à être payé. Le souci, c’est qu’il est alors tenu de se produire gratuitement dans un des rares lieux habilités à le recevoir et doit signer un contrat de bénévolat. Du coup, il ne peut payer ses frais de développement comme l’enregistrement d’une démo ou d’un CD, sa promotion, ses déplacements ou son matériel. Coincé financièrement, il ne sort pas de sa région, n’accroît pas son expérience et peine à faire connaître son travail. Beaucoup d’œuvres novatrices, décalées, pointues, impertinentes, bref, différentes, restent ainsi à l’état de projet en attendant de mourir à petit feu."
Un avant-projet de loi portant sur "la diffusion des artistes amateurs dans le spectacle vivant" était en discussion depuis plusieurs années. Mais en août dernier, la ministre de la Culture Christine Albanel a remis en cause son opportunité. Si on ne peut aujourd’hui préjuger de l’avenir de ce projet législatif, la DMDTS s’est toutefois exprimée en précisant que la question des amateurs dans un cadre lucratif, comme c’est le cas pour les caf’ conc’, constituait une "zone d’exception à définir". La plateforme de négociation étudie ainsi actuellement les moyens permettant de définir un cadre réglementaire plus adapté aux caractéristiques des cafés-cultures comme lieux de diffusion de groupes amateurs.

La Région Pays de la Loire réfléchit par ailleurs à la création d’un dispositif d’aide à l’emploi artistique pour les cafés-cultures (ou à l’adaptation des textes existants selon ce que permettent les directives européennes). La Région Aquitaine, dont la concertation sur les cafés-cultures n’est pour l’instant qu’à l’état de préfiguration, pourrait également suivre cette orientation. En affichant cette volonté politique, ces régions reconnaissent les cafés comme des entreprises actrices de l’économie locale et de son développement (rayonnement et attractivité du territoire, développement touristique) et pourraient participer à ce que les caf’ conc’ situés sur leur territoire puissent remplir pleinement leur rôle d’employeurs d’artistes.
Un dispositif national d’aide à l’emploi artistique est également en cours de négociation au sein de la plateforme. En accord avec les pouvoirs publics, les brasseurs et les distributeurs de boissons, dont l’économie repose grandement sur le réseau des bars, se sont entendus avec les cafetiers pour qu’un fonds financé par les premiers permette aux directeurs des débits de boisson de salarier plus facilement les artistes. Le montant de ce fonds et les critères de répartition n’ont pour l’instant pas été dévoilés.

La licence d’entrepreneur de spectacles
Culture Bar-Bars demande depuis plusieurs années la suppression de l’obligation de la licence d’entrepreneur de spectacles pour les cafés. Actuellement, à partir du moment où un lieu produit plus de six spectacles par an même si ce n’est pas son activité principale, la législation l’oblige à faire une demande de licence de catégorie 1 auprès de la Drac. Or, l’obtention de la licence a des effets induits qui peuvent s’avérer lourdement préjudiciables pour les débits de boissons.
Ce n’est pas "en soit" l’obtention de la licence qui pose problème mais plutôt l’interprétation qu’en font les commissions de sécurité. Ces dernières qualifient le type d’activité principale d’un lieu en fonction d’un faisceau d’indices et, pour certaines d’entre elles, la possession d’une licence est un indice qui fait basculer les caf’ conf’ d’une catégorie N (débit de boisson) à une catégorie L (lieu de spectacles), ce qui ne correspond pas au même cahier des charges. En étant requalifiés comme lieux de spectacles, les caf’ conc’ sont soumis à des obligations en matière d’aménagement pour l’accueil et la sécurité du public au même titre que des salles de spectacles subventionnées et alors qu’ils ne sont pas toujours propriétaires des murs.
Puisque ce n’est pas l’obtention de la licence qui pose souci, les réflexions portées par la plateforme de négociation ne s’orientent pas vers une catégorie spécifique de licence pour les cafés-cultures mais plutôt vers un travail d’information mené en lien avec le ministère de l’Intérieur et les commissions de sécurité afin que la possession d’une licence n’entraîne pas de requalification et un cahier des charges inapplicable pour ce type de lieux.

Culture Bar-Bars mène par ailleurs un travail d’information auprès des caf’ conf’ concernant leur responsabilité en matière de législation du spectacle, notamment vis-à -vis de la licence. Conscient que certains bars musicaux ne possèdent pas toujours de licence d’entrepreneur de spectacles, les membres du collectif tentent de sensibiliser les patrons de cafés à leurs obligation en la matière, leur expliquant qu’une négociation au plan national est entamée pour que l’obtention de la licence ne soit pas synonyme d’investissements colossaux ou disproportionnés… qui en ont déjà fait fermer les portes à plus d’un.

La gestion acoustique
La mise aux normes acoustiques des lieux est un épineux problème. De nombreux cafés ont préféré arrêter la musique plutôt que d’investir dans les travaux d’insonorisation nécessaires tant ils sont coûteux pour ces petites entreprises. D’autres ont poursuivi leurs activités en aménageant en fonction de leurs moyens et reçoivent toujours des amendes ou font l’objet d’interdictions.
Les caf’ conc’ doivent respecter plusieurs législations sur le "bruit" (décret "lieux musicaux", bruit de voisinage, bruit au travail) qui limitent la puissance sonore à l’intérieur des lieux (105 dB) et les émergences sonores à l’extérieur (3 dB). Les lieux doivent donc procéder à une étude acoustique qui détermine le type de travaux d’insonorisation à effectuer et/ou les limitateurs à poser. Selon une étude menée par Agi-Son sur l’impact du décret "lieux musicaux", les lieux qui ont eu le plus souvent recours à des travaux ainsi qu’aux limitateurs sont les salles de moins de 250 places et les caf’ conc’. Or ces travaux ont un coût, dont le montant moyen est estimé par Agi-Son à 181 000 € (sur l’ensemble des lieux de diffusion, salles de plus de 1000 places comprises).

Il est important de préciser que les cafetiers ne remettent pas en cause le bien-fondé de cette loi et cherchent au contraire à s’y conformer sans en avoir les moyens. Si l’un d’entre eux n’a pas l’économie suffisante ou un banquier prêteur, il a le choix entre changer de métier ou continuer son activité sous le coup d’amendes et de sanctions. Quant aux entrepreneurs qui trouvent les moyens d’investir dans l’insonorisation, ils ne sont pas toujours aidés par l’Administration publique : pour exemple, après avoir réalisé une étude acoustique (8 000 €) et démarré les travaux (80 000 €), les patrons du Saint-Ex à Bordeaux ont décidé de ne faire que de la programmation DJ set pendant le réaménagement, cela leur permettant de poursuivre leur activité économique tant bien que mal. Mais ils se sont vus interdire par les autorités toute diffusion de musique jusqu’à la fin des travaux. Le lieu a donc dû fermer temporairement et les rentrées d’argent ont cessé pendant la période. Dans ces conditions, il n’est pas toujours évident de rembourser son emprunt !
Dès 1999, le rapport Acoustique et environnement des salles de spectacles en France pointait le problème du coût de la bonne gestion sonore des lieux, et a fortiori des plus petits : "24% des observations évoquent le problème du coût et appellent un financement public pour l’étude acoustique ou la réalisation de travaux en vue de la mise en conformité. (…) Si l’aspect financier est bien l’une des interrogations principales des exploitants de salles, il inquiète encore plus ceux qui ne dépendent que de recettes commerciales, a priori plus facilement aléatoires et/ou moins à même d’entrer dans des dispositifs de soutiens complémentaires."

Culture Bar-Bars demande donc à être aidé pour le financement des études et des travaux. Les collectivités engagées dans un processus de concertation envisagent actuellement d’intervenir dans ce domaine sous la forme d’un système de prêt à faible taux d’intérêt, et la plateforme nationale étudie les dispositifs existants (type Ifcic) dans lesquels l’aide à l’aménagement et la mise aux normes des petits lieux pourrait s’insérer.
Par ailleurs, une lettre cosignée par les membres de la plateforme nationale vient d’être envoyée au CNV pour qu’il réalise une expertise sur les coûts que représentent ces travaux pour les petits lieux. Pour envisager au mieux comment aider à leur insonorisation, les acteurs de la négociation demandent à ce qu’une étude fine soit réalisée sur la diversité de ces lieux en matière acoustique, ce qui permettrait d’établir différents niveaux de soutien selon des catégories de lieux.

Les relations avec les autorités locales
Lieux de proximité et acteurs de l’économie locale, les cafés sont également sous le coup de réglementations locales. Et pour peu qu’un élu ou un agent municipal voit d’un mauvais œil l’activité musicale et celle des bars, ils peuvent facilement mener la vie dure à ces établissements.
En tant que premiers magistrats de la ville, les maires ont ainsi le pouvoir de décision des horaires d’ouverture des lieux recevant du public sur leur commune. Les autorisations de fermetures tardives, qui se font de plus en plus rares au dire des cafetiers, dépendent donc des collectivités. Or certains maires, pour des raisons d’ordre public, peuvent brusquement décider de fermer plus tôt les cafés sans tenir compte de l’économie et des réalités de ces lieux. Dernier exemple en date, le 9 octobre 2008, la Ville de Pornichet a annoncé aux débits de boisson un arrêté municipal pour la fermeture des bars (minuit en semaine, 1h le week-end) qui est entré en vigueur le 20 octobre 2008 ! En 10 jours et sans concertation, les responsables de ces entreprises ont du faire une croix sur une partie de leur chiffre d’affaires, et licencier des employés ou réduire leur temps de travail.

Sur fond d’enjeux politiques, les cafetiers sont parfois victimes d’un acharnement administratif qui les poussent à bout. Ainsi le Bistroy, alors qu’il était sous convention "scène découverte" avec la Ville de Lyon, a vu les services de l’écologie urbaine tout faire pour donner raison au voisinage et obtenir l’arrêt de son activité qui a cessé après plus de trois ans de procédure et malgré les soutiens du SMA et du CNV (voir l’historique de la fermeture du Bistroy en colonne de droite). Quand ce n’est pas de l’acharnement, il peut simplement s’agir de mauvaise communication entre les services et les élus : à Pau le 23 septembre dernier lors d’une concertation territoriale sur le sujet, plusieurs patrons de bars ont expliqué que même en accord avec les élus et en faisant les efforts nécessaires pour respecter les législations, ils ne sont jamais à l’abri de l’intervention d’un technicien ou de la police qui remettrait en cause leurs activités.

Un groupe de travail mené à l’échelle communale, comme celui initié à Nantes depuis les Rencontres nationales, permet d’aborder ces aspects au plus près du terrain, entre les cafetiers, les élus et les services concernés, et dans une optique de concertation et de médiation. Les discussions à l’échelle des villes permettent également d’aborder d’autres revendications portées par Culture Bar-Bars comme celle d’une mise en place de politiques publiques en matière de transports en commun nocturnes.

Un projet de loi sur les cafés-cultures ?
Face à cet arsenal juridique pouvant contraindre leurs activités, on comprend mieux pourquoi certains cafetiers baissent les bras et pourquoi les téméraires ont toujours le sentiment d’avoir un bâton dans les roues. Ils continuent cependant à exercer ce métier par passion, mais avec "le trouillomètre à zéro" et "une épée de Damoclès au-dessus de la tête" [8]…
Plus globalement, c’est la place des cafés-cultures dans la société qui est questionnée : quelle reconnaissance accorde-t-on aux lieux de proximité qui participent au "vivre-ensemble" et au développement économique local ? Quelle considération accorde-t-on aux cultures qui s’expriment dans ce type de lieux ?
Or les cafés-concerts souffrent d’un déficit d’image et de reconnaissance à bien des égards. Ils sont souvent perçus comme des lieux de nuisances (sonores, ébriété… délinquance) plutôt que comme les premiers médiateurs et régulateurs. Leur action sur le développement économique local est méconnu et leur participation à la vie de la cité mésestimée. Par ailleurs, le maillon qu’ils représentent au niveau de la filière musicale et en faveur de l’émergence artistique est un des leviers d’une politique de soutien à la diversité culturelle qui tarde à s’affirmer.

Pour toutes ces raisons, les cafés-cultures "souhaitent parler en termes d’acteurs citoyens et remettre le politique au cœur du sujet" [9]. Appelant à un engagement volontariste et urgent de la part des pouvoirs publics, les négociations qui ont débuté au plan national et (seulement) dans quelques régions sont une première ébauche de réponse.
Lors des Rencontres nationales, le député-maire de Nantes Jean-Marc Ayrault a également fait part de son souhait d’aller plus loin au plan national. En proposant d’étudier la faisabilité d’un projet de loi portant sur les cafés-concerts, il s’est fait le porte-parole politique d’un projet législatif transversal permettant d’établir un cadre réglementaire adapté et de bon sens pour tous.
En attendant que les négociations nationales comme locales aboutissent à des premiers protocoles d’accord et établissent des zones d’expérimentation des dispositifs, Jean-Marc Ayrault et son cabinet ont entamé des auditions parlementaires, invitant les membres de la plateforme nationale à présenter aux députés la situation des cafés-cultures et préparer ainsi en amont une proposition de texte loi.

Pas de cafés-musique bis repetita
Dans le manifeste "Un cadre légal de bon sens pour tous", le collectif Culture Bar-Bars demande effectivement à ce qu’un cadre global soit trouvé, pour éviter les situations contradictoires et faire en sorte que toutes les revendications soient envisagées dans un ensemble cohérent et équilibré pour tous.
Afin d’éviter certaines erreurs commises par le passé, le collectif précise cependant que ce cadre de bon sens ne doit pas "recréer un dispositif cafés-musique (…) mais concevoir un dispositif dans sa globalité, c’est-à -dire ne pas régler le problème en tentant de professionnaliser quelques uns au détriment des autres". Alors que le cahier des charges des cafés-musique, qui avait en partie préfiguré celui des Smacs, était trop lourd pour les petits lieux et avait abouti à l’abandon du programme à la fin des années 90, les caf’ conc’ refusent aujourd’hui un système de labellisation où il y aurait d’un côté ceux qui ont le droit à la culture et de l’autre ceux qui ne l’ont pas. Le collectif cherche au contraire à défendre la diversité des petits lieux de diffusion, y compris des non-fédérés, et souhaite que le débat soit porté au niveau des valeurs et des principes de société défendus.
Ainsi, les cafetiers ne revendiquent pas un statut de lieux de spectacles subventionnés mais demandent une adaptation des législations à leur réalité économique afin que les caf’ conc’ ne disparaissent pas un peu plus chaque année du paysage.

La réussite des négociations entamées par les partenaires est dorénavant une des clés permettant de redynamiser la vitalité des caf’ conc’, et par la même de de développer un cadre favorable à l’émergence des pratiques et des créations musicales actuelles.


[1] Edito du site Culture Bar-Bars

[2] chiffre annoncé lors de la Concertation territoriale en Aquitaine sur les cafés-concerts, à Pau le 23 septembre 2008

[3] Prodiss/Fédurok, L’implication des professionnels de la musique et du son

[4] Agi-Son, Bilan de l’application du décret du 15 décembre 1998

[5] Edito du site Culture Bar-Bars

[6] Culture Bar-Bars, Un cadre légal de bon sens pour tous

[7] Synthèse des Rencontres nationales des cafés-cultures

[8] Paroles de cafetiers exprimées à Pau lors de la 8e conférence de la Concertation territoriale en Aquitaine

[9] Cultures Bar-Bars, Un cadre légal de bon sens pour tous