DES ESCROCS DANS LES STUDIOS

Publié le mardi 17 août 1999

Le juge d’instruction du TGI de Créteil a délivré une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel des gérants des société EMA et MSC du chef d’escroquerie.

Se présentant comme des éditeurs, ces deux sociétés démarchaient auprès des musiciens et des artistes pour leur soutirer de l’argent en leur proposant des contrats d’enregistrement et de promotion. Les victimes se chiffrent par centaines. Une plainte avec constitution de partie civile, déposée en 1994, aboutit enfin après cinq années d’instruction. La Sacem s’est associée à la procédure aux côtés du Snam, du Samup et des artistes.

L’Irma n’a cesse de mettre en garde les artistes contre les propositions dangere

Les sociétés EMA et MSC ne sont pas les seules à opérer dans le secteur. Devant toute proposition paraissant douteuse, nous vous conseillons, avant toute signature, de consulter un syndicat ou de téléphoner au service conseil de l’Irma.