Contre la suppression de la Villette Jazz Festival

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le lundi 15 octobre 2001

Les plus célèbres musiciens de jazz français écrivent au Ministre de la culture

La lettre adressée à Madame Tasca :

Madame la Ministre, L’annonce de la suppression du festival de Jazz de la Villette a provoqué une très vive émotion et une très forte réaction dans la communauté des Musiciens de Jazz. Véritable manifestation culturelle, le " Villette Jazz Festival " accueille environ cinq cents musiciens, dont une majeure partie d’européens, produisant une centaine de concerts parmi lesquels plus de dix créations mondiales inédites. Avec trente mille spectateurs, dont la moitié lors de concerts gratuits, la fréquentation massive de cette manifestation est incontestable. Par ailleurs, ce festival est aussi fédérateur de nombreuses rencontres pédagogiques destinées aux jeunes public et artistes régionaux. Pour nous, musiciens, cette manifestation, de par son ampleur et sa direction artistique, est une occasion unique de rencontres et de confrontations de tous les courants actuels de la musique et qui va bien au-delà du cadre de la musique de Jazz. S’il ne fait de doute pour personne que la musique de Jazz constitue l’un des phénomènes culturels les plus importants de ces cent dernières années, il ne fait aucun doute non plus que la France et en particulier Paris, a toujours été terre d’accueil pour cette expression, et ce depuis les origines. Posons-nous alors les véritables questions. En premier lieu, la Capitale peut-elle, historiquement et culturellement, se passer d’un festival de Jazz d’ampleur internationale ? En deuxième lieu, le parc de la Villette ne constitue-t-il pas le site idéal pour une telle manifestation ? L’ensemble de ses structures n’en fait-il pas sa vocation même ? Est-il possible de faire disparaître un travail de quinze années, tourné vers un public profondément fidélisé, en évoquant des problèmes de concurrence, de budget ou de fréquentation, arguments le plus souvent utilisés contre la musique de Jazz, sans même tenir compte de la créativité artistique et de la relation essentielle Artistes - Spectateurs ? Enfin, comment pouvons nous donc, d’un côté défendre l’exception culturelle Française, et de l’autre, supprimer l’une de ses plus belles représentations ? Laurent Bayle a évoqué la concurrence du Paris Jazz Festival au Parc Floral. A notre sens, l’évocation de cette concurrence n’a pas lieu d’être. Le Festival du Parc Floral est une succession de concerts destinés à animer un espace botanique privilégié, alors que le Villette Jazz Festival a une vocation culturelle et créative, et d’actions pédagogiques. Ces manifestations ne sont donc pas en concurrence mais complémentaires. Avec la mort du "Villette Jazz Festival ", disparaît l’une des manifestations artistiques les plus importantes d’Europe et nous ne pouvons assister à une telle injustice sans réagir. C’est pourquoi, considérant inadmissible qu’une ville comme Paris ne puisse plus proposer un véritable festival de musique de Jazz à un très large public, nous vous demandons fermement le maintien du "Villette Jazz Festival " en ses lieux et sa période actuelle. Sachant que le ministère de la culture et de la communication est un partenaire privilégié de la Grande Halle de la Villette et de la Cité de la Musique, nous sollicitons une réponse de votre part afin de connaître votre sentiment. Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre plus haute considération et de notre plus profond respect.

Signataires

Denis DADAULT, Claude BARTHELEMY, Patrice CARATINI,Laurent CUGNY, Richard GALLIANO, Antoine HERVE, Daniel HUMAIR, François JEANNEAU, Joà« lle LEANDRE, Didier LEVALLET, Bernard LUBAT, Michel PORTAL, Aldo ROMANO, Louis SCLAVIS, Henri TEXIER, l’Union des Musiciens de Jazz

Si vous souhaitez réagir à cette suppression, signez cette pétition, que vous soyez musicien, technicien, photographe, agent artistique, journaliste ou spectateur. Pour cela,écrivez à  : pourlavillette@club-internet.fr en indiquant votre nom.