Conservatoires et musiques actuelles

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le lundi 5 juillet 1999

Motion de l’Assemblée générale

Dans sa lettre d’information n° 21, l’association Conservatoires de France

présente son assemblée générale du 4 février dernier. On y trouve notamment une motion consacrée aux musiques actuelles : "L’intégration des "musiques actuelles" dans les compétences des établissements d’enseignement spécialisé fait partie des priorités de l’Etat, relayé par les collectivités territoriales. Conservatoires de France confirme son engagement dans ces nouvelles missions, missions qui ne peuvent le plus souvent être mises en oeuvre sans faire appel à des intermittents du spectacle, compte-tenu de la spécificité de ce domaine.

Toutefois, Conservatoires de France attire l’attention des pouvoirs publics

sur l’actuelle incompatibilité du statut d’intermittent du spectacle avec ceux de la filière culturelle. En particulier, le Contrat à Durée Déterminée -par jour travaillé- exigé par l’U.N.E.D.I.C. est rejeté par la plupart des collectivités territoriales : ainsi les établissements d’enseignement spécialisé connaissent-ils de véritables difficultés. Dans le cadre de la mise en place d’ateliers de pratique artistique dans les lycées, les services de l’Education Nationale risquent d’ailleurs d’être confrontés au même problème.

C’est pourquoi, réunie en Assemblée Générale

le 5 février 1999 à Nanterre, l’Association Conservatoires de France réclame l’ouverture urgente de négociations entre l’U.N.E.D.I.C. et les ministères concernés, faute de quoi les directeurs d’établissements seront dans l’impossibilité de mettre en oeuvre ces nouvelles orientations."