IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > Chiffres CNV : une fréquentation en hausse de 8% en 2014

Publié le mardi 20 octobre 2015

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Spectacle

Chiffres CNV : une fréquentation en hausse de 8% en 2014

Le Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz (CNV) a présenté la 9e édition des Chiffres de la diffusion des spectacles de variétés et de musiques actuelles vendredi 16 octobre, dans le cadre du MaMA. Les chiffres 2014 confirment le dynamisme d’un secteur qui reste fragile.

"C’est historique. On n’avait jamais connu deux années de suite de forte hausse", s’est enthousiasmé Philippe Nicolas, directeur du CNV, lors de la présentation des Chiffres de la diffusion des spectacles 2014, sur la scène du cinéma Le Louxor, lors du MaMA.En effet, pour la deuxième année consécutive, la fréquentation s’accroît nettement (+8%) : accroissement du nombre de représentations de 8% avec une relative stabilité de la fréquentation moyenne par représentation.

Pourtant, l’année 2014 a connu une présence moins marquée des artistes de très forte notoriété que l’année précédente, ce qui aurait pu engendrer une baisse nette. Les recettes de billetterie se sont accrues (+3%), certes moins fortement du fait de la réduction du prix moyen du billet : de 34€ à 32€ (-4%), liée à la baisse du nombre de représentations en très grande jauge proposées à des prix plus élevés. Le prix médian reste quant à lui stable à 13€. "C’est un des facteurs de dynamisme de l’offre. 13 euros : c’est presque le prix d’une place de cinéma. La profession fait un choix nécessaire de baisser ou de ne pas trop augmenter les prix. Cela redonne du pouvoir d’achat aux spectateurs", souligne Philippe Nicolas.

Les salles de grande jauge compensent la baisse des têtes d’affiche

La présence moins forte des grosses têtes d’affiche et la fermeture pour travaux une partie de l’année du Palais Omnisports de Paris Bercy ont impacté la diffusion en Ile-de-France : -1% de fréquentation et -8% en recettes de billetterie malgré une croissance de +2% du nombre de représentations. Si les lieux de très grande jauge s’inscrivent en repli, celui-ci est compensé par les très bons résultats pour les salles de grande jauge (de 1 500 à 6 000 entrées par représentation) au 1er rang desquels figure le réseau des 17 salles Zénith, qui affiche un fort dynamisme : +28% des recettes de billetterie. Le réseau représente avec 2% du nombre de représentations, 13% de la fréquentation et 18% de la billetterie. Il confirme son utilité en tant qu’outil d’irrigation du territoire pour les spectacles et les artistes de grande envergure.

Dans le même temps, les petites jauges n’ont pas été en reste. Les représentations se déroulant devant moins de 200 personnes ont connu une progression de leur nombre comme de leur fréquentation de +7%. Elles représentent près de 60% du nombre total de représentations.

Quant aux festivals, quelle que soit leur taille, leur poids dans le total de la diffusion s’accroît légèrement en 2014, pour représenter désormais 20% de la fréquentation payante et 17% de la billetterie.

Un dynamisme qui ne cache pas non plus les difficultés rencontrées par les structures, comme l’avait montrée l’étude socio-économique de 2012, soulignant l’augmentation continue des charges. Mais Philippe Nicolas s’est voulu optimiste, en interrogeant : "quel secteur peut se targuer d’une évolution de 5% en moyenne par an sur la dernière décennie ?"

Le CNV veut renforcer l’observation

Sur la scène du Louxor, Philippe Nicolas a insisté sur la montée en puissance de l’observation, pour avoir à disposition les chiffres les plus précis exhaustifs possibles. La loi Liberté de création, architecture et patrimoine, actuellement en discussion, prévoit en effet de créer un observatoire sur les données de la billetterie. Les accords Schwartz prévoit également un observatoire sur l’ensemble de la filière. Pour le directeur du CNV, "le secteur musical doit se doter d’outils précis et exhaustifs, pour produire des analyses poussées sur du pluriannuel, comme l’a fait le cinéma. Et la billetterie est un canal privilégié. Il faut généraliser les outils de billetterie numérique". C’est d’ailleurs pour répondre à ce besoin que l’établissement public est actuellement en pleine refonte de ses systèmes d’information.


La diffusion des spectacles de musiques actuelles et de variétés en 2014

PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

PRESSE PROFESSIONNELLE : LES PLUMES DE LA FILIÈRE MUSICALE

On connaît leurs noms, souvent leurs visages. On les lit ou les écoute régulièrement. On les croise dans les salons, conventions et autres rencontres professionnelles. Ils sont, pour certains depuis plus de 30 ans, les plumes qui racontent la filière. Entre souvenirs et prospection, leur(s) histoire(s) se confondent avec celle de l’industrie musicale, offrant un angle de vue différent.

Avec : Emmanuel LEGRAND, Emmanuel TORREGANO, Gildas LEFEUVRE, Philippe ASTOR, Rémi BOUTON, Romain BERROD, Sophian FANEN, Nicolas DAMBRE.

>> Lire l’article


Starting-blocks : les startups de la musique se racontent !

À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting-blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! Et tout ça, dans la musique ! Chaque mois, une startup présentée en détail par leurs créateurs : parcours, produits, services, clients, business models…

>> Découvrez les startups qui font le secteur musical de demain !

Suivez l’Irma en continu !

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0