IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > CNM : Le Samup salue la décision de suspendre le projet

Voir aussi...

Publié le jeudi 20 septembre 2012

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Politique culturelle

CNM : Le Samup salue la décision de suspendre le projet

Dans un communiqué daté du 19 septembre, le Samup (Syndicat des artistes interprètes et enseignants de la musique, de la danse et des arts dramatiques) apporte son soutien à Aurélie Filippetti sur la suspension du projet de CNM et sur la remise en cause de l’Hadopi.

Communiqué de presse :

Paris, le 19 septembre 2012

Le SAMUP premier syndicat d’artiste musicien français en nombre d’adhérents, salut la décision courageuse et réaliste d’Aurélie Fillipetti de suspendre le projet du CNM. 

Dans un contexte économique particulièrement difficile, le maintien d’un projet initié par le gouvernement précédent sans souci de financement serait irresponsable. Que les majors du disque, qui s’étaient habituées, par la voix du SNEP, à imposer leurs vues au précédent ministère attaquent cette décision avec virulence n’est pas étonnant. Il serait toutefois salutaire pour l’avenir de la production française qu’ils s’interrogent sur leur situation actuelle dont ils sont en grande partie responsables du fait de leur décisions calamiteuses depuis l’arrivée d’Internet (refus de mettre à disposition leurs catalogues, dispositif anticopie, répression des internautes à outrance au travers de la loi DADVSI, spoliation des droits des artistes en leur faveur avec le soutien de certains syndicats de salariés, mise en place du dispositif Hadopi complexe coûteux et en définitif inutile).

Face à la grave situation économique que connaît notre pays, il serait temps que le SNEP prenne conscience qu’il n’est pas le centre du monde, fasse preuve de responsabilité et ait le sens de l’intérêt général.

Les majors qui ne sont pas à l’origine de la création, contrairement à ce qu’elles tentent d’affirmer, ne seront crédibles dans leurs revendications que le jour où elles arrêteront de confisquer les droits des artistes comme elles le font actuellement via la convention collective nationale de l’édition phonographique.

Concernant la loi HADOPI, le SAMUP a toujours été critique envers cette institution qui coûte cher et a une efficacité tout à fait contestable puisque circonscrit au seul peer to peer alors que les échanges se font depuis longtemps sur d’autres réseaux.De plus, HADOPI ne résout en rien le problème des artistes qui ne perçoivent aucune rémunération sur les utilisations qui sont faites de leurs enregistrements dans le cadre du téléchargement légal ou illégal.

Il est plus que temps qu’une véritable réflexion, qui aboutisse à la mise en place d’un Internet équitable pour tous les acteurs de la filière, soit entamée. Les artistes sans lesquels les contenus exploités sur internet n’existeraient pas doivent percevoir une juste rémunération pour leur travail.

Les plaintes d’une industrie, qui prétend parler au nom de l’ensemble du secteur musical, au motif que les promesses d’hier d’un nouveau soutien à ses activités ne peuvent être tenues pour des raisons financières clairement exposées par la nouvelle Ministre de la Culture, frisent l’indécence.

François NOWAK

Secrétaire général


Le SAMUP premier syndicat d’artistes, a été créé en 1901 à l’initiative de Gustave Charpentier. Il compte aujourd’hui 3760 adhérents artistes interprètes et enseignant de la musique et de la danse répartis sur toute la France.

Visiter le site du Samup


PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

LE CONTRAT D’ARTISTE EN QUESTION(S)

Le SFA fait son contrat - Révolution numérique, crise du disque, recherche de nouveaux débouchés, logiques de 360, l’économie de la musique enregistrée a profondément muté ces dernières années, entrainant une évolution des métiers et des usages. Qu’en est-il de la traduction de ces changements en termes contractuels ? Le SFA (Syndicat français des artistes) a décidé de se pencher sur la question, en proposant un nouveau modèle de contrat d’artiste. Les analyses et les réactions divergent.

Avec des interviews de Jean-François Dutertre (musicien et auteur du contrat SFA), Jean-Marie Guilloux (avocat au barreau de Paris), Rodolphe Dardalhon (fondateur de Roy Music), Kent (chanteur, fondateur et trésorier de la Gam) et Philippe Couderc (président de la Felin).

>> Lire la suite


Chroniques radio

Artistes musiciens, porteurs de projet, vous souhaitez vous lancer dans le secteur musical ? Tout ce qu’il faut savoir, des conseils pratiques, les erreurs à éviter : ces chroniques sont pour vous !
Écouter les chroniques de l’Irma sur Widoobiz

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0