CNM / Aurélie Filippetti : "On va trouver les moyens de financer le secteur musical"

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mercredi 12 septembre 2012

Politique culturelle

Suite à la levée de boucliers consécutive à l’annonce de l’abandon du projet de Centre national de la musique, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a tenu à rassurer les professionnels, en assurant à l’AFP que le gouvernement allait "trouver les moyens d’aider le secteur musical".

Les réactions ont été nombreuses ces derniers jours, suite aux déclarations de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, dans un entretien accordé lundi 10 septembre au journal Le Monde. Celle-ci avait en effet déclaré que la création du Centre national de la musique (CNM) sous la forme d’un établissement public, n’était "pas possible actuellement", allant même jusqu’à affirmer qu’il n’y avait pas réellement besoin d’un tel établissement. Consternation, incompréhension, voire trahison, les mots employés dans les différents communiqués (Cd1d, la Félin et le SMA - SPPF - Tous pour la musique) étaient à la hauteur de la surprise.

"Définir une vraie politique économique pour soutenir la filière musicale"

Face à cette levée de boucliers, la ministre a tenu à rassurer les professionnels, en affirmant que c’était le principe d’un établissement public qui posait question. "Pour moi, la notion d’établissement public, la création d’un établissement public supplémentaire avec des coûts fixes supplémentaires, c’est ça qui est aujourd’hui contestable", a-t-elle expliqué à l’AFP. En assurant que le gouvernement allait "trouver les moyens de financer le secteur musical", elle a précisé que l’objectif était de "définir une vraie politique économique pour soutenir la filière musicale avec des financements qui soient sûrs".

En insistant sur le fait que les financements prévus par le précédent gouvernement n’étaient pas pérennes, "puisqu’ils s’appuyaient sur une taxe à destination du cinéma qui, elle-même, est aujourd’hui examinée à la loupe par Bruxelles", Aurélie Filippetti souhaite "remettre les choses à plat, définir d’abord la manière dont on peut avoir des ressources pérennes et sûres, puis voir ensuite comment attribuer ces financements." Elle conclut enfin en précisant que cette politique économique "va se définir à partir de cet automne avec les acteurs, avec l’association de préfiguration (du CNM) composée de tous les professionnels que j’ai déjà réunie en juillet".

Cependant, le processus entamé depuis un an ayant été suspendu, reste à savoir quelles seront les modalités concrètes de sa relance.

Source : Dépêche AFP