Baromètre 2011 de l’édition musicale : des chiffres stables... qui ne masquent pas les difficultés

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mardi 18 décembre 2012

Edition musicale

La Chambre syndicale de l’édition musicale (CSDEM) vient de publier son baromètre 2011 de l’édition musicale. La hausse du chiffre d’affaires global et la bonne performance des revenus de synchronisation et des droits d’exécution publique ne masquent pas les difficultés, alors que les droits mécaniques poursuivent leur décroissance.

LA CSDEM (Chambre syndicale de l’édition musicale) vient de publier le baromètre de l’année 2011. Celui-ci est réalisé à partir d’une enquête que la Chambre mène auprès de ses adhérents. S’il n’est pas exhaustif, il permet de dessiner des tendances. Et ce que l’on peut remarquer, c’est, comme le souligne Angélique Dascier, déléguée générale de la CSDEM, "qu’en comparaison de la production phonographique, l’édition musicale ne se porte pas trop mal, elle est stable."

Premier élément, le chiffre d’affaires des participants à l’étude s’élève à 196M€ en 2011, en augmentation de 3,6% à périmètre constant par rapport à 2010. Ensuite, l’on remarque également que le nombre d’œuvres au catalogue augmente, le secteur de la variété n’étant pas encore concerné par les "tombées" dans le domaine public. Cette augmentation est de 14%, mais, comme le précise Angélique Dascier, elle "masque une fragilisation du répertoire local." Autre élément saillant, la bonne performance des revenus de synchronisation et des droits d’exécution publique, alors que les droits mécaniques poursuivent leur décroissance.

Les résultats publiés par la CSDEM sont en trompe l’œil, avec des biais sur l’importance de certains acteurs importants. En effet, si le pourcentage de marge brute moyen se maintient, près de la moitié des acteurs subissent une baisse de leur résultat opérationnel.

Évolution des catalogues

Le nombre d’ œuvres détenues en catalogue augmente de 14% entre 2010 et 2011, mais la part des œuvres locales diminue de 10%. Le nombre de nouveaux contrats de cession d’œuvres locales signés en 2011 s’élève à 5 514 contrats, en progression de 18% par rapport à 2010. 47% de ces nouveaux contrats sont relatifs à des nouveaux talents.

Résultats financiers

Le chiffre d’affaires des participants à l’étude s’élève à 196M€ en 2011, en augmentation de 3,6% à périmètre constant par rapport à 2010. Les droits Sacem / SDRM, qui représentent 64% du chiffre d’affaires total en 2011, sont en progression de 2%. Cette progression est portée par la croissance des droits d’exécution publique qui fait plus que compenser la baisse des droits mécaniques. Les droits éditoriaux hors Sacem représentant 25% du chiffre d’affaires total en 2011 augmentent de 13%, principalement grâce aux revenus de synchronisation.

La marge brute des droits éditoriaux progresse de 3% en valeur entre 2010 et 2011 et le taux de marge brute de ces mêmes droits est en légère baisse, à 33% du chiffre d’affaires en 2011. La marge brute des revenus non éditoriaux baisse de 2% entre 2010 et 2011 et le taux de marge brute de ces mêmes revenus est en légère augmentation à 52% du chiffre d’affaires 2011. Le résultat d’exploitation global des participants augmente de 29% en 2011 mais 48% des participants présentent une baisse de résultat d’exploitation en 2011.

Investissements

Le montant des avances versées au cours de l’année a baissé de 6% entre 2010 et 2011, pour atteindre un montant total de 9,2 M€. La part des nouveaux talents est toutefois en progression, atteignant 22% des avances versées en 2011. Les avances non récupérées sont stables entre 2010 et 2011. Compte tenu de la progression des avances versées sur les 2 exercices, cette tendance indique un rythme de recoupement des avances en très légère diminution.


Consulter le baromètre de l’édition musicale 2011 :

PDF - 1.2 Mo