Audrey Azoulay remplace Fleur Pellerin au ministère de la Culture

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le jeudi 11 février 2016

Mouvement

Attendu depuis les dernières élections régionales, le remaniement ministériel est intervenu ce jeudi 11 février. Audrey Azoulay, conseillère culture auprès du président François Hollande, remplace Fleur Pellerin rue de Valois. Cette dernière quitte le gouvernement.

Audrey Azoulay est la nouvelle ministre de la Culture et de la Communication du gouvernement du premier ministre Manuel Valls. Fille d’André Azoulay, conseiller du roi du Maroc, elle est diplômée en gestion de l’Université de Dauphine et a obtenu un master of business administration à Lancaster au Royaume-Uni. En 2000, elle intègre la promotion Averroès à l’Ena, où elle a cotoyé Fleur Pellerin, à qui elle succède rue de Valois. En 2003, elle devient magistrate à la Cour des comptes et à la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France, en tant que rapporteur auprès du Comité d’enquête sur le coût et le rendement des services publics. En 2006, elle devient directrice adjointe de l’audiovisuel au Centre national de la cinématographie. Depuis juin 2014, elle était la conseillère culture et communication du président François Hollande. Elle remplace Fleur Pellerin, qui quitte le gouvernement.

Les réactions à cette nomination ne se sont pas faites attendre. Pour la Sacem, la "connaissance intime des filières culturelles et créatives d’Audrey Azoulay, servie par un professionnalisme reconnu de tous ses interlocuteurs sera particulièrement précieuse dans une période cruciale pour nos filières et alors que se déroulent au Parlement plusieurs débats importants pour leur avenir. De même, la Gam (Guilde des artistes de la musique) a salué la nomination de la nouvelle ministre, tout en adressant ses remrciements à Fleur Pellerin. Pour la Gam, "surpris(e) qu’un tel remaniement intervienne au moment même où la seule loi Culture du quinquennat est examinée par les sénateurs" (…) il faut poursuivre les dynamiques positives enclenchées par la signature du protocole d’accord Schwartz et le travail technique (des) parlementaires et du Ministère dans leur capacité à accompagner tous les acteurs d’une filière en mutation, soucieuse de la création et de ses artistes. De son côté, le Snep (Syndicat national de l’édition phonographique), a "à cœur d’initier avec la nouvelle ministre un dialogue ouvert et fructueux sur les nombreux enjeux de la filière musicale et saluent le travail accompli par Fleur Pellerin".