Agents artistiques et managers : un nouveau statut

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le jeudi 10 juin 2010

Management

Christopheà? Soulard, vice président du syndicat français des managers (MMF France), revient sur les modifications que la transposition de la directive Services apporte sur le métier d’agent artistique, et par ricochet sur celui de manager d’artiste.

Le statut des managers en des agents artistiques, de par leur proximité, a souvent fait débat dans le secteur des musiques actuelles : comment se recoupent et se distinguent ces professions ? La controverse avait notamment connu un pic lors du Foruma, en 2005, autour des questions relatives au placement d’artistes (voir ici).

La transposition en droit français de la directive européenne sur les services est en train de changer la donne et pousse au rapprochement statutaire de ces activités.

Le projet• de réforme du statut d’agent artistique, que nous avions abordé en avril dans l’article Vers la suppression de la licence d’agent artistique, est en cours d’adoption à l’Assemblée nationale et au Sénat et s’articule autour de trois idées fortes selon le MMF France :

- "Redéfinir le métier d’agent artistique• et l’élargir au manager :• A la place de la définition stricte• de "placement• d’artiste",• le• nouveau• texte• propose• une• définition• large• qui• englobe le conseil et la défense des intérêts de l’artiste• : « • L’activité d’agent artistique, qu’elle soit exercée sous l’appellation d’impresario, de manager ou sous toute autre dénomination, consiste à • recevoir• mandat• à • titre onéreux• d’un• ou• de• plusieurs• artistes• du• spectacle aux• fins •­de placement et de représentation de leurs intérêts professionnels• ». Par cette nouvelle définition,• toute• personne• en• charge• de• la• représentation d’un• artiste et de• la• défense• de• ses intérêts• professionnels• au• sens• large• pourra bénéficier• du• statut• d’agent• artistique.

- La suppression des incompatibilités• professionnelles : dans un but d’harmonisation, permettant• le• libre• accès• à • la• profession d’agent• artistique• à • tous• les• ressortissants• de• l’Union Européenne• en• application• de• la• directive• sur• les• Services• (directive• 2006/123• CE),• toutes• les incompatibilités inhérentes au statut d’agent artistique seront supprimées, à l’exception de celle interdisant l’exercice de cette profession à ceux qui exercent l’activité de producteur cinématographique ou audiovisuel (cette disposition visant particulièrement à protéger les comédiens).
- La modification du plafond et de l’assiette de la rémunération de l’agent• : traditionnellement plafonnée à 10% des revenus de• l’artiste définis comme les « cachets et appointements mensuels• » perçus par l’artiste, la rémunération de l’agent artistique sera dorénavant assise sur l’ensemble des rémunérations de l’artiste, et son pourcentage maximum sera précisé par décret. Ce pourcentage, qui sera fixé après consultation des• organisations professionnelles représentatives, sera vraisemblablement fixé entre 15% et 20%. Naturellement, MMF France a demandé à être consulté et participera aux réunions interprofessionnelles• qui• interviendront après• la• promulgation• de• la • loi."

Le MMF France soutient ainsi ce texte et ces évolutions mais souhaite en revanche que l’incompatibilité entre la profession de manager et de producteur soit levée, notamment car le manager se retrouve fréquemment producteurs de clips, de captation ou d’EPK afin d’assurer la promotion de leurs artistes.
Le MMF France annonce également qu’il suivra de près la mise en place des décrets qui définiront leur assiette de rémunération et les modalités du contrat signé entre un artiste et un manager.

Lire l’édito de Christophe Soulard, vice président du MMF France