900 projets aidés par le crédit d’impôt spectacle vivant (CISV)

Publié le mardi 9 octobre 2018

Spectacle

Si le spectacle musical affiche une forte croissance de sa billetterie en 2017, le CISV y a sans doute contribué. Mis en place en 2016, le dispositif a été largement utilisé par la profession et une étude témoigne de son impact positif, notamment auprès des petites entreprises du secteur.

Le Prodiss s’est associé au SMA, au Profedim et aux Forces Musicales pour commander une étude au cabinet EY sur l’impact du CISV en matière de création artistique et d’emploi et sur le coût du programme pour l’Etat.

Prodiss : "Cette étude démontre l’efficacité du CISV pour le développement artistique. Il offre aux producteurs de spectacles la possibilité de faire monter davantage d’artistes en développement sur scène, avec des tournées plus longues et diffusées plus largement à travers les territoires."
Synthèse de l’étude

Bénéficiaires

  • Pour la première année pleine (2017), 250 entreprises ont bénéficié d’un agrément provisoire, "soit davantage que le crédit d’impôt phonographique (CIPP) à l’issue de 10 années d’exercice" compare le Prodiss - sans toutefois préciser que le secteur phonographique est composé d’un nombre moins important de structures.
  • Près de trois quarts du montant du CISV a concerné les musiques actuelles, mais l’ensemble des répertoires ciblés a été couvert, à savoir la musique classique (12% du montant total), les comédies musicales (8%), les spectacles d’humour (6%) et les ciné-concerts (1%).

Impact sur la création

  • Le CISV a concerné 875 projets en 2017, représentant plus de 14 700 représentations sur l’ensemble du territoire national.
  • 17% des projets soutenus n’auraient pas eu lieu en l’absence de crédit d’impôt.
Prodiss : "Grâce au crédit d’impôt, des spectacles ont été renforcé : ajout de dates supplémentaires aux tournées (en moyenne 2 dates par artiste), mais aussi embauche d’artistes et de techniciens additionnels, ainsi que des investissements plus importants dans la création et la scénographie."
Impact économique
  • Pour le cabinet EY France, "le CISV s’avère particulièrement PME et TPE-centré par rapport à d’autres crédits d’impôts phares" puisque 86% des bénéficiaires réalisent moins de 5 M€ de chiffre d’affaires.
  • 505 emplois ont été créés en 2017 sous l’impulsion du crédit d’impôt.

Le coût du dispositif

  • Les dépenses réalisées en 2017 dans le cadre des spectacles éligibles au dispositif représentent 16,2M€ de crédit d’impôt.
  • 38,9 M€ de contributions fiscales et sociales ont été générées par les bénéficiaires du dispositif, représentant un coût réel net des effets d’opportunité de 3,4 M€.

Méthodologie : Le périmètre d’étude couvre l’ensemble des entreprises ayant reçu au moins un agrément provisoire au titre des exercices fiscaux 2016 et 2017. L’impact du CISV a été apprécié, d’une part, sur la base d’une enquête auprès de 136 entreprises bénéficiaires du CISV (soit près de la moitié des 278 bénéficiaires totaux sur deux ans) et, d’autre part, sur les données de suivi du CISV collectées par la Direction générale de la création artistique (DGCA) du ministère de la Culture. L’analyse s’est par ailleurs appuyée sur les retours d’expérience d’une vingtaine de professionnels et des comparaisons avec d’autres crédits d’impôt.




Nous suivre /asso.irma /IrmACTU