2013, une bonne année pour les festivals

Publié le jeudi 5 septembre 2013

Festival

En dépit de quelques couacs et ratés, le bilan 2013 est positif pour les festivals musicaux, avec une fréquentation globale en hausse. Petit tour d’horizon non exhaustif.

JPEG - 105.4 ko
Slam au Hellfest

Début septembre, c’est la rentrée des classes… Mais à chaque secteur son marronnier journalistique, et pour la filière musicale, la fin de l’été est synonyme de bilan des festivals. Comme chaque année, nombreux sont les commentateurs, premiers chiffres sortis à l’appui, qui scandent l’inévitable baisse de fréquentation entrainée par la crise… Mais, comme toujours, il est bien difficile de tirer des enseignements définitifs, et les résultats, contrastés, appellent à la nuance.

Juillet n’incitait pas à l’optimisme, avec l’annonce, pour la première fois de son histoire, du déficit des Vieilles Charrues. Le mastodonte des festivals français reste cependant toujours à la première place, malgré une baisse de 15%, avec 208 000 spectateurs. D’autres ont également attiré moins de festivaliers, comme Les Voix du Gaou (-27%), Au fond du jardin du Michel (-22%), Musilac (-17%) ou encore Blues Cognac (-15%). Dans le même temps, Rock en Seine a de nouveau battu son record de fréquentation (118 000), comme Garorock, Jazz in Marciac, Le Rock dans tous ses états ou Tempo latino, et plusieurs ont rattrapé les échecs de l’année passée, liés aux aléas de programmation (annulations, manque de têtes d’affiche…) ou météorologique : Sonisphère (+293%), Route du Rock (+48%), Main Square (+40%)…

Une fréquentation globale en hausse

Pur la deuxième année, le magazine Télérama a réalisé une infographie-bilan de 33 festivals. Et globalement, les chiffres sont plutôt encourageants. Sur le panel, le nombre total de festivaliers est en augmentation (2 191 000), alors qu’il avait quasi stagné en 2012 (2 054 800). Globalement, les chutes ont été plus homogènes cette année (-15% à -27%) qu’en 2012 ( -9% à -80%). Et les hausses plus fortes (+30 à +293) qu’en 2012 (+30 à +60%).

Asaf Avidan et Woodkid omniprésents

Si le public continue de répondre présent, le ticket moyen reste très élevé, autour de 40 euros par jour, pour atteindre même 75 euros pour le Hellfest ! Dans le même temps, les programmations, même si elles conservent leurs spécificités, font toujours la part belle à une poignée d’artistes que l’on retrouve à l’affiche un peu partout, entraînant peut-être une limitation de la multi-fréquentation des festivaliers (mais là, seule une étude comparée poussée des publics pourrait permettre de l’affirmer). Grand vainqueur du marathon des festivals, Asaf Avidan s’est retrouvé sur scène pas moins de 12 fois, suivi par Woodkid (11 dates) et Wax Tailor (9 dates).

En attendant les chiffres des festivals qui clôtureront la saison (Pitchfork, Elektricity ou encore la Fête de l’Huma), voici les chiffres des principaux festivals estivaux :

(article évolutif, appelé à être mis à jour)


Fréquentation des festivals 2013


- Les Vieilles charrues :

208 000 festivaliers seulement pour le rendez-vous de Carhaix, contre 244 000 l’année dernière (-15%). Malgré une grosse tête d’affiche (Neil Young), le bilan est déficitaire : 160 000 entrées payantes, contre 170 000 attendues pour atteindre l’équilibre financier, deux ans seulement après avoir battu son plus haut niveau de fréquentation.

- Solidays :

La 15e édition du festival de l’hippodrome de Longchamp a battu son record de fréquentation : 170 500 festivaliers, contre 163 000 en 2012. Le succès de la manifestation est une aubaine pour Solidarité Sida, l’association organisatrice. En effet, les dons, crise oblige, sont en baisse. Luc Barruet, fondateur de Solidarité Sida lors de la conférence de presse de clôture, a déclaré : « Nous allons dépasser les 2 millions d’euros de recettes. C’est une très bonne année qui va nous permettre de continuer à financer des associations qui viennent en aide aux malades. »

- Les Eurockéennes :

La 25e édition du festival de Belfort a enregistré un record d’affluence, avec 127 000 festivaliers (100 000 en 2012). Passé en format 4 jours (3 jours jusqu’alors), les soirées de vendredi et samedi ont affiché complet avec 33.000 visiteurs (jauge maximale du site), contre 30.000 pour le jeudi et 31.000 pour le dimanche, pour le seul concert français de Blur. Plus de 17.000 personnes ont par ailleurs dormi au camping. En 2013, le budget du festival s’est monté à 6,7 millions d’euros (10% de subventions publiques, 75% de billetterie et 25% de mécénat, sponsoring et recettes publicitaires).

- Les Francofolies :

La 29e édition des Francofolies de la Rochelle est un succès, avec une hausse significative de fréquentation : 120 000 festivaliers, contre 85 000 en 2012 (+41%), pour 83.000 spectateurs payants (77 000 en 2012).

- Rock en Seine :

La 11e édition du festival clodoaldien a une nouvelle fois battu son record d’affluence, avec 118 000 festivaliers, contre 110 000 en 2012.

- La Route du Rock :

Après une édition 2012 très difficile, en raison de conditions climatiques exécrables, La Route du Rock est revenue à son niveau de fréquentation : 21 500 entrées payantes contre 14 500 l’année dernière (+48%). François Floret avait promis de se tatouer la K7 du festival sur l’avant-bras si les 20 000 entrées étaient franchies…

- Sonisphère :

L’année 2012 avait été un fiasco : sans grosse tête d’affiche, et avec des annulations et une météo défavorable. La barre est largement redressée cette année, avec 55 000 festivaliers (contre 14 000 en 2012, +293%).

- Main Square festival :

Pour le festival d’Arras aussi, 2012 était une année qu’il fallait vite oublier. C’est chose faite, avec un niveau de fréquentation digne de son rang, proche du record : 105 000 spectateurs, contre 75 000 en 2012 (+40%). L’absence de grosse tête d’affiche avait coûté très cher l’année dernière.

- Garorock :

Le festival se relève après une édition 2012 compliquée. Cette année, Garorock a enregistré une affluence record : 52 000 spectateurs (+6 000 entrées par rapport à l’année dernière). Dominique Revert, l’un des coproducteurs, se félicite d’une telle affluence, qui permet d’éponger en partie les pertes de l’édition précédente. « L’année dernière, on ne savait pas trop où on allait avec le changement de site. Cette fois-ci, on est vraiment en place. »

- Le Rock dans tous ses États :

Pour ses 30 ans, le festival d’Évreux, fondé en 1983, a connu une hausse de fréquentation, passant de 23 000 à 24 000 festivaliers, avec en prime, une fréquentation record du camping (5 300 campeurs) et le succès des préventes de billets (18 000).

- Hellfest :

Fréquentation en baisse pour le fleuron des festivals métal hexagonaux : 102 000 spectateurs sur 3 jours, contre 112 000 en 2012. Ce qui n’empêche pas Ben Barbaud, patron du Hellfest, de dresser un bilan positif de cette 8e édition. En effet, la journée du samedi, avec Kiss et ZZ Top, a enregistré le plus gros pic d’affluence qu’ait connu le rendez-vous de Clisson, avec 41 000 personnes sur le site. Ce qui devrait permettre d’équilibrer le budget. Rendez-vous déjà pris pour l’année prochaine, le festival aura lieu les 20, 21 et 22 juin.

- Festival Interceltique de Lorient :

Fréquentation en hausse pour la 43e édition de l’événement breton : 700.000 spectateurs (contre 650.000 en 2012). Le festival, qui s’étale sur dix jours (du 2 au 11 août), a connu un pic le 4 août avec 60.000 personnes venues assister à la grande parade. En dépit de ces bons chiffres, les finances restent fragiles. En effet, les spectacles payants enregistrent un recul (83.000 billets édités, contre 95.000 en 2012 et 111.000 en 2011). La vente pour la première fois d’un « badge FIL (Festival interceltique de Lorient) », à trois euros, permettant d’accéder à certaines animations, a contribué à équilibrer les comptes, après un déficit de 280.000 euros l’année dernière. Au total, 37.150 badges ont été vendus, pour un total de 111.450 euros, selon la direction. Le festival était doté cette année d’un budget de 4,75 millions d’euros, soit 400.000 euros de moins qu’en 2012. Cette 43e édition, placée sous le signe de la province espagnole des Asturies, a reçu l’aide de 1300 bénévoles, contre 1100 en 2012. La 44e édition, qui se tiendra du 1er au 10 août 2014, sera dédiée à l’Irlande.

- Les Nuits secrètes :

Fréquentation en hausse pour le festival d’Aulnoye-Aymeries dans le Nord-Pas-de-Calai : 56 000 spectateurs (+8000 par rapport à 2012). Pour Olivier Connan, directeur artistique, « c’est une édition mémorable, une aventure exaltante, un rêve éveillé ». Si la partie gratuite du festival fonctionne bien, la partie payante de l’événement reste plus confidentielle : 8 000 spectateurs pour la scène du Jardin, et 2 000 les Parcours secrets, insuffisant pour être complet.

- Garance Reggae Festival :

Malgré une édition ternie par des événements tragiques (mort accidentelle d’une jeune femme, et plainte de plusieurs festivaliers pour des coups portés par des agents de sécurité), le festival de Bagnols-sur-Cèze a battu son record de fréquentation : 60 000 personnes sur 4 jours (50 000 en 2012).

- Jazz In Marciac :

L’édition a connu un record de fréquentation, avec 250 000 personnes. Jean-Louis Guilhaumon, président du festival et maire de Marciac, précise : « L’édition de cette année est exceptionnelle en terme de fréquentation. Que ce soit sous le chapiteau, à l’Astrada et en centre-ville, les visiteurs ont été très nombreux et je m’en réjouis. »

- Festival du bout du monde :

La 14ème édition du rendez-vous de Crozon a accueilli plus de 60.000 festivaliers (42 000 en 2012), pour 3 jours de musique, plus de 35h de concerts, 450 artistes venus de 23 pays du monde.

- Montreux Jazz festival :

Pari gagné pour le festival, qui a changé sa formule cette année. 250 000 visiteurs ont répondu présents sur les 18 jours. 105 000 billets se sont vendus (contre 72 000 en 2012, soit +46%). Le budget, passé de 22 à 25 millions entre 2012 et 2013, est couvert.

- Paleo Festival :

230 000 spectateurs, un chiffre identique à 2012, pour la 38e édition du festival de Nyon (Suisse). La 39e édition aura lieu du 22 au 27 juillet 2014, avec à l’honneur la Cordillère des Andes au Village du Monde.

- Nuits de Fourvière :

Avec 157 000 spectateurs accueillis, le bilan est positif, malgré une baisse par rapport à 2012 (166 000, mais la progression était de 25% l’année dernière). Le faible taux de réservation à l’ouverture de la billetterie avait fait craindre un flop, mais le taux de remplissage a été de 85%.

- Jazz à Vienne :

La 33e édition de Jazz à Vienne a rassemblé près de 175 000 festivaliers dont 90 000 au Théâtre Antique (85 000 en 2012).

- Paris quartiers d’été :

38 000 personnes accueillies, dont 14 500 pour les spectacles payants, c’est moins bien que l’année dernière (50 000 personnes), avec un taux de remplissage global de 76 %. 60 % des spectacles du festival sont sur entrée libre.

- Nice jazz festival :

Le festival de Nice, dont l’organisation a été reprise par la mairie, continue d’augmenter sa fréquentation : 38 000 visiteurs répartis sur cinq soirées de concert, contre 35 000 en 2012.

- Jazz a Juan :

La 53e édition du festival a enregistré un taux de remplissage moyen payant de 80 % sur 10 jours. Avec un peu plus de 25 000 entrées payantes, le nombre de festivaliers qui ont fréquenté les prestigieuses travées de la pinède Gould est en baisse (28 000 en 2012). Au total, le rendez-vous aura rassemblé environ 50 000 personnes.

- Tempo Latino :

La 20e édition de Tempo Latino a battu des records de fréquentation, avec plus de 60 000 personnes sur 4 jours.

- BIG Biarritz :

Grosse progression pour le rendez-vous biarrot : +106% (35 000 entrées contre 17 000 l’année dernière.

- Au fond du Jardin du Michel :

18 000 festivaliers à Nancy, contre 23 000 en 2012 (-22%).

- Art Rock :

Légère hausse pour le rendez-vous de Saint Brieuc : 65 000 festivaliers, contre 64 200 en 2012.

- Astropolis :

40 000 festivaliers, contre 35 000 en 2012.

- Reggae Sun Ska :

Légère baisse pour le rendez-vous reggae world de Pauillac : 75 000 festivaliers contre 80 000 en 2012. Une baisse due à l’annulation du vendredi pour cause d’orage.

- Les Déferlantes :

40 000 festivaliers à Argelès-sur-mer, au lieu de 42 000 en 2012.

- Musilac :

Musilac a enregistré une baisse de fréquentation de 20 % par rapport à 2012 : 60 724 entrées contre 75 000 l’année dernière. Sur les quatre dernières années, période pendant laquelle le festival a pris toute son ampleur, au point de se hisser en 2011 dans le top 5 français, il s’agit du premier bilan déficitaire. Le festival devra d’ailleurs se pencher sur son plan de financement, le Conseil général ayant décidé, après deux années de baisse conséquente de subvention, de se désengager totalement (100 000 euros en 2011, 50 000 euros en 2012, 20 000 euros cette année).

- Le Cabaret vert :

L’eco-festival, qui fêtera l’année prochaine ses 10 ans, a rassemblé cette année 75 000 festivaliers, (73 000 en 2012).

- Les Voix du Gaou :

Baisse de 10 000 festivaliers pour le rendez-vous de Six-Fours-les-Plages, à 27 000 contre 37 000 en 2012. Mais l’édition 2013 s’est déroulée sur seulement 7 soirées, au lieu de 10 l’année dernière.

- Beauregard (Hérouville Saint Clair :

55 000 festivaliers, contre 57 000 en 2012.

- Blues Cognac :

23 000 festivaliers, contre 27 000 en 2012.

- Terres du Son (Monts) :

30 000 festivaliers, contre 28 500 en 2012.

- Lives au Pont :

25 000 personnes, contre 23 000 en 2012.

- Les Escales (Saint Nazaire) :

35 000 festivaliers, contre 27 000 en 2012.

- Musicalarue (Luxey) :

52 000 festivaliers, contre 45 000 en 2012.

- Les Suds (Arles ) :

64 000 festivaliers, contre 56 000 en 2012.

- Aluna festival (Ruoms) :

35 000 festivaliers, contre 40 000 en 2012.

- Papillons de nuit (Saint Laurent de Cuves) :

48 000 festivaliers, contre 50 000 en 2012.

- 3 éléphants (Laval) :

32 500 festivaliers, contre 33 000 en 2012.

- Baleapop (Bidart) :

7 000 festivaliers pour la 4e édition.

- Midi Festival (Hyères) :

10 000 festivaliers, contre 7 400 en 2012.


Source : Télérama, sites et communiqués des festivals