M

Version imprimable de cet article Version imprimable  

MUSETTE

Genre populaire parisien issu de la rencontre, dans les bals du quartier de la Bastille, entre les cabrettaires auvergnats (joueurs de cabrette, la cornemuse d’Auvergne) et les accordéonnistes italiens. Ce genre prit sa forme définitive sous les doigts d’Emile Vacher. Le musette est surtout une musique de bal.

MUGAM

Structure modale d’Azerbaïdjan formée d’une suite de séquence mélodiques vocales et instrumentales exploitant un mode principal (dastiag) et des modes secondaires (shobe).

MORNA

Chanson mélancolique et poétique, symbole de l’expression de l’âme capverdien à travers la saudade. Depuis le début du XXe siècle, ses airs poignants transportent les paroles des poètes sur les accords du cavaquinho, de la guitare, du violon et du piano.

MODES

Systèmes musicaux alliant échelles, rythmes, type mélodique et sentiment. Ces systèmes prennent des formes diverses et variées : raga-s en Inde, maqâm pour les musiques perses (ou maghams), arabe et turque, maqôm en Asie centrale, mugam en Azerbaïdjan, magham en Irak, diêu au Vietnam… La modalité régne sur la quasi totalité des musiques traditionnelles savantes et populaires du monde ainsi que sur une grande partie des musiques traditionnelles européennes. En Occident, on utilise souvent une terminologie adaptée des grecs et du plain-chant (modes dorien, éolien, ionien, mixolydien…) ou s’appuyant sur la hauteur relative de la note d’intonation (mode de ré, mode de la, mode de sol…).

MILONGA

Complainte traditionnelle du gaucho argentin.

MERDOUM

Style de chant et de rythme soudanais de la région du Kordofan, popularisé par Abdel Gadir Salim.

MÉRINGUE

Danse haïtienne héritée d’anciennes danses européennes.

MERENGUE

Musique de danse de Saint-Domingue très proche de la méringue haïtienne dans sa version traditionnelle, puis popularisée dans sa forme moderne dans tout le monde américain, avec des orchestrations assez semblables à celles de la salsa.

MENTO

Musique populaire jamaïcaine des années 50, au doux balancement syncopé et aux messages impertinents, assez proche du calypso.

MBAQANGA

Genre moderne né dans les bars clandestins des townships d’Afrique du Sud sous le régime d’apartheid au milieu des années 60. Cette musique littéralement « fait maison » (mbaqanga en zoulou) mélange les sonorités pop au groove des danses traditionnelles enluminées de syncopes.

MBALAX

Genre traditionnel des Wolofs du Sénégal, interprété à l’origine par des ensembles de percussions, dont le sabar est le tambour emblématique, et perpétué aujourd’hui sous cette forme (cf. Doudou N’Diaye Rose). Modernisé vers la fin des années 60, le mbalax conserve son balancement particulier qu’il soit teinté de soul, de rock, de soukouss ou de musique cubaine.

MASSIF CENTRAL (musiques du)

Musiques traditionnelles de la grande aire musicale incluant l’Auvergne, le Rouergue et le Limousin.

MARIACHI

Grand orchestre mexicain constitué à l’origine de violons, harpe et guitares acoustiques (de la petite à la très grosse basse). L’entrée des trompettes a plus tard fait disparaître la harpe.

MAQÔM

Désigne en Asie centrale soit une suite de pièces groupées dans une ordonnance modale précise (le terme renvoie alors à une notion parente du maqam), soit une genre spécifique de musique classique comme le Shash-maqôm en Ouzbékistan.

MAQÂM

Structure modale de la musique savante arabe. Le maqâm associe une échelle musicale évoluant selon une structure mélodique liée à des points de repère, un sentiment et une symbolique. Le terme et le concept sont communs aux musiques persane, arabe et turque. Dans la musique persane, le maqâm ou magham est caractérisé par trois notes : la note témoin (shâhed) base de la progression mélodique, la note variable (moteqayyer) dont la hauteur varie au cours du mouvement et la note d’arrêt sur laquelle se fonde toute interruption de la musique. La note d’arrêt final est suivie d’un motif (foroud) servant à revenir à l’intonation initiale (cf. « Radif »).

MANDINGUE

Terme englobant l’ensemble des musiques produites dans l’ère culturelle délimitée par l’Empire Mandingue au XIVe (Gambie, Sénégal, Guinée, Mali…). Perpétué et enrichi par la caste des djeli (griots) attachée à celle des horon (nobles) - pour qui les griots sont les musiciens, généalogistes, chroniqueurs, conseillers, portes paroles… - le fonds musical mandingue est un trésor raffiné de mélodies, de contes épiques et édifiants, ainsi que d’instruments : kora, balafon, luths, percussions de toutes sortes… Cette ancienne musique de cour constitue une source intarissable d’inspiration pour les musiciens modernes.

MAMBO

Musique de danse rapide apparue au Mexique sous la baguette du pianiste cubain Damaso Perez Prado, développée à Cuba dans les années 40, puis par les big-bands notamment à New York.

MALOYA

Genre traditionnel développé à la Réunion dans la communauté des Cafres, descendants d’esclaves noirs. Il puise ses origines dans les rites du culte des ancêtres, kabaré. Il en constitue le principal moment de danse, accompagné par le rouleur, tambour trapu, l’arc musical bobre, le triangle et le fameux kayamb, hochet rectangulaire fait de tiges de canne à sucre remplies de graines.

MALHUN

Poésie populaire chantée citadine développée sur une trentaine de genres musicaux en Algérie et au sein des corporations masculines d’artisans au Maroc.

MAKOSSA

Genre moderne élaboré dans les années 50 à Douala, grand port et capitale économique du Cameroun. Electrifié par la suite, il mélange les influences du highlife aux rythmes traditionnels de l’ambas bey des Douala et se métisse volontiers de rumba congolaise (notamment au niveau des guitares). Manu Dibango y a introduit une touche funky très américaine.

MAKAM

Système modal de la musique ottomane combinant une échelle musicale, un itinéraire mélodique et des motifs spécifiques.

MAHJUZ

Genre musical citadin de Constantine en Algérie.

MAGHAM

Voir « Maqâm ».

MACUMBA

Rituel brésilien importé d’Afrique.

CRD
Ouverture au public

- Pour la documentation : du lundi au mardi de 14h à 18h

- Pour le conseil : du lundi au mardi de 14h à 18h


Vous pouvez également nous contacter par mail

----

Pour améliorer votre recherche, l’Irma propose également une collection de fiches pratiques, et les réponses aux questions qui lui sont le plus souvent posées.

Le Centre de ressources de l’Irma propose la consultation gratuite de l’ensemble des ouvrages des éditions Irma et l’accès à de la documentation professionnelle et universitaire.. Situé au 22 rue Soleillet 75020 Paris, il est accessible du lundi au mardi de 14h à 18h.
Pour toutes demandes de documentation, contactez-nous.