POLITIQUE CULTURELLE ET FINANCEMENTS

TPLM : Les Enjeux de la filière musical à l’international

Après l’avoir présenté lors du dernier Midem, Tous pour la musique adresse au gouvernement son Livre blanc sur l’export, qui représente un enjeu majeur à fort potentiel. Un appel aux pouvoirs publics à s’engager sur trois objectifs établis, pour mettre en place une véritable politique de soutien à l’export.

Livre Blanc : Les enjeux de la filière musical à l’international

Contribution aux politiques culturelles à l’ère numérique

Rapport délivré par la mission pour l’Acte II de l’exception culturelle, pilotée par Pierre Lescure.
Ce document avance 80 propositions pour développer l’accès des publics aux œuvres, moderniser la rémunération des créateurs et le financement de la création et protéger et adapter les droits de propriété intellectuelle.

Rapport Lescure 498

Musique en ligne et partage de la valeur

Quelques mois après le lancement de la mission sur la musique en ligne, Christian Phéline, présente ses propositions relatives au partage de la valeur entre artistes, producteurs et plateformes.

Lire le rapport "Musique en ligne et partage de la valeur : État des lieux, voies de négociation et rôles de la Loi"

Création musicale et diversité à l’ère numérique

Le rapport intégral de la mission menée par Franck Riester, Didier Selles, Alain Chamfort, Daniel Colling et Marc Thonon, remis au ministre de la Culture, et qui préconise la création d’un Centre national de la musique.

Lire le rapport "Création musicale et diversité à l’ère du numérique"

Le soutien de l’Etat aux musiques dites actuelles

Ce rapport, commandé par le ministère de la culture aux inspecteurs généraux de l’administration des affaires culturelles Michel Berthod et Anita Weber, présente les politiques menées par l’Etat en faveur des musiques actuelles et émet certaines préconisations.

Le Ministère subventionne les musiques actuelles, et notamment pour la professionnalisation et le développement du secteur. Mais à qui va l’argent ? Qu’en font les subventionnés ? C’est à ces questions que les auteurs ont tenté de répondre à travers ce rapport.

Après un avant-propos sur le terme de "musiques actuelles" et la division du monde de la musique, le rapport fait le point sur les "timides politiques de soutien" de l’Etat aux musiques actuelles.

On trouve ensuite une analyse du secteur à travers les acteurs et les lieux qui le structurent, mais aussi à travers ses modes d’apprentissages. Ces analyses permettent aux auteurs de faire de nombreuses propositions (soutenir sélectivement les festivals, consolider les SMAC, recruter un conseiller chargé des musiques actuelles dans les grandes régions, ouvrir de nouveaux enseignements…).

Dans la dernière partie, les auteurs proposent une analyse du secteur des musiques vivantes face aux autres "secteurs" de l’industrie musicale (CD et DVD musical, radio et télévision).

SOMMAIRE

Avant-propos

I - Les politiques

1) La prise en compte par l’Etat a été tardive, prudente et limitée

2) La situation actuelle : une position marginale, des enjeux majeurs

3) Des perspectives nouvelles

II - Les opérateurs

1) Les opérateurs de premier rang

2) Le CNV

3) Les opérateurs de second rang

4) Le Hall de la Chanson

III - Les territoires

1) Les lieux de diffusion et de pratique

2) Les politiques territoriales

IV - Les apprentissages

1) Enjeux

2) Situation

3) Propositions

V - Les marchés

1) Analyse

2) Propositions

Conclusion

Annexes

Premiers repérages sur les politiques des conseils régionaux en faveur du spectacle vivant

L’Observatoire des politiques culturelles propose une partie de l’étude qu’il a réalisée en 2006/2007 pour l’Arcadi. Cette mission de repérage visait à dresser un état des lieux des politiques menées par les régions en faveur du spectacle vivant, afin d’établir une base d’informations fiable pour alimenter la réflexion des différents acteurs et partenaires de ces politiques publiques.

SOMMAIRE

AVANT-PROPOS

FICHE DE PRÉSENTATION DE L’ENQUETE

INTRODUCTION

SYNTHà ?SE DES ENTRETIENS RÉALISÉS AUPRà ?S DES 22 CONSEILS RÉGIONAUX

Avant-propos méthodologique

La place du spectacle vivant dans la politique régionale

Les évolutions récentes en termes de choix de politique culturelle et de dispositifs

Les raisons qui ont motivé ces évolutions

La traduction budgétaire de ces évolutions

La collaboration avec d’autres directions régionales

Les dispositifs de soutien des régions au spectacle vivant

Les critères d’instruction

Les démarches d’évaluation

Le dispositif d’appel à projet

La prise en compte des réseaux professionnels

Le soutien à la mutualisation

Les labels régionaux du spectacle vivant

Les aides non financières

L’organisation du service spectacle vivant

La question de l’expertise artistique

La présence des agences régionales

La participation des régions aux EPCC

Les relations des régions avec les acteurs professionnels

La participation aux Coreps

La conduite de l’observation culturelle

La politique partenariale avec les autres collectivités

La politique régionale en faveur des festivals

Les festivals d’initiative régionale

Le budget global consacré aux festivals

COMPTE RENDU DES ENTRETIENS AVEC 22 RÉGIONS DE MARS A MAI 2007

ANNEXES

TABLEAUX

Accès à la synthèse de l’étude.

L’intégralité de l’étude est consultable au centre de ressources et de documentation de l’Irma.

Pour une politique nationale et territoriale des musiques actuelles

Les membres du CSMA travaillent sur ce plan, élaboré par la Concertation nationale des musiques actuelles, qui fonde l’orientation que les professionnels et les pouvoirs publics souhaitent donner à une politique nationale et territoriale en faveur des musiques actuelles.

"À la fois guide méthodologique et document-ressource, le présent texte pose le cadre général d’une politique nationale et territoriale de développement en faveur des musiques actuelles. Il fait suite aux travaux d’une concertation nationale pour le développement des musiques actuelles, qui a été constituée en mars 2004, sous l’égide du ministère de la Culture et de la Communication, à la demande des acteurs.
Cette concertation nationale a regroupé des représentants du secteur des musiques actuelles, des représentants de l’Etat et de collectivités territoriales. Cette démarche originale est unique en son genre dans le champ des politiques publiques de la culture.
L’objectif de ce document est de servir d’outil d’aide à l’élaboration de politiques publiques dans le champ des musiques actuelles et de favoriser la coopération territoriale entre les institutions publiques et le secteur professionnel.
Il présente les enjeux, les objectifs stratégiques et les domaines d’interventions ainsi que les objectifs opérationnels, missions et moyens mis en œuvre pour le développement d’une politique nationale et territoriale des musiques actuelles. Il est complété par des annexes dans lesquelles figurent notamment une présentation du champ des musiques actuelles et les principes. Ce document constitue l’acte de fondation du Conseil Supérieur des Musiques Actuelles.
"

PDF - 125.5 ko
Plan "pour une politique nationale et territoriale des musiques actuelles

Quelle politique nationale pour le Jazz ?

L’Afijma publie le compte-rendu de la table ronde organisée en décembre 2005 sur les politiques en faveur du jazz en France. Ce document dresse un verbatim de la rencontre et conclut par des propositions pour les politiques d’orientation de soutien au jazz.

Cette table ronde, qui rassemblait l’ensemble du secteur du jazz, a permis aux professionnels de faire états des situations parfois alarmantes auxquels ils sont confrontés. Regroupant aussi bien les artistes, que les organisateurs, les producteurs, les agents, les médias et les institutions, ce débat a permis de réfléchir aux manières avec lesquels ils pourraient, ensemble, devenir une plateforme de proposition pour les politiques d’orientation de soutien au jazz en France. Plus d’infos sur l’Afijma

Ce débat a eu lieu le 8 décembre 2005 dans les locaux du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

2èmes rencontres nationales Politiques publiques et musiques amplifiées/actuelles

Les deuxièmes rencontres nationales Politiques publiques et musiques amplifiées/actuelles se sont déroulées à Nantes les 1er et 2 octobre 1998.

"Des acteurs culturels de la France entière se sont retrouvés à cette occasion pour réfléchir et tenter d’apporter des réponses aux questions posées par ces expressions musicales que l’on désigne sans conviction sous le vocable musiques amplifiées/actuelles. Nous sommes tous bien conscients, en effet, que ces termes sont extrêmement réducteurs pour une réalité multiforme aussi bien sur les plans artistique, économique que social."…

Ce numéro spécial rend compte des contributions et des échanges de deux journées. Au fil des pages, il présente débats, analyses et témoignages. Une synthèse figure en début de chaque atelier. En fin de publication, des annexes et un index des intervenants viennent compléter votre information.

Télécharger les actes sur le site de la Fédurok.

Politiques publiques et musiques amplifiées

Les rencontres d’Agen, organisées en octobre 1995 à l’initiative de la région Aquitaine, par l’Adem-Florida et le Groupe d’étude sur les musiques amplifiées, ont réuni plus de 350 personnes autour du thème "Politiques publiques et musiques amplifiées".

Les débats s’adressaient tant aux acteurs du secteur des musiques actuelles qu’aux responsables des collectivités publiques. Le but était alors de faire le point sur l’avancée des initiatives publiques liées aux musiques amplifiées, sur l’insertion de ces musiques dans les politiques publiques et d’établir des pistes pour le développement des relations entre politiques publiques et musiques amplifiées. Les thématiques suivantes ont donc été abordées : "pratiquants et publics des musiques aamplifiées", "Les musiques amplifiées et l’aménagement culturel des territoires ruraux et urbains", "L’oeuvre, l’ouvrage et le lieu", "Musiques amplifiées et santé", "Formation musicale, formation professionnelle et insertion économique", "La structuration du secteur des musiques amplifiées".

Rapport de la Commission nationale des musiques actuelles

Lors de sa création par Catherine Trautmann cette commission poursuivait deux objectifs : "Définir une politique globale, cohérente et spécifique pour les musiques actuelles" ; "Créer les conditions d’une solidarité professionnelle". Afin de réfléchir à ces questions 4 groupes de travail se sont constitués : le premier sur les pratiques amateurs, le second sur les publics et les garanties de la démocratisation, le troisième sur la professionnalisation et le dernier sur le développement et la gestion de carrière. Les différents groupes de travail ont ensuite rendu leur rapport.

Enquête sur les pôles régionaux de musiques actuelles

Issu d’une mission d’enquête sur les pôles régionaux réalisée par Jean-Louis Sautreau (DMDTS) au cours du premier semestre 2001, ce rapport a été rendu disponible en 2003. Il porte sur les 12 structures identifiées à l’époque dans le cadre d’un dispositif lancé en 1993.

CONSEIL - ORIENTATION

L’IRMA propose des permanences de conseil pour les porteurs de projets musicaux.